Anaphylaxie et Vaccination

                                                                   

ESTIMATION DE L'ANAPHYLAXIE APRÈS LA VACCINATION
PRÉVENTION ET VACCINATION DU SUJET ALLERGIQUE
Les contre-indications à la vaccination pour le sujet allergique
Les précautions chez un sujet allergique
Les précautions dans la population générale
LES SUBSTANCES ET LES VACCINS À RISQUE

                                                                                  

/// Estimation de l'anaphylaxie après la vaccination

             

La revue systématique de Vanlander et al., publiée en 2014, analyse la survenue de l'anaphylaxie après la vaccination chez les enfants afin de dresser des recommandations sur la prévention et la prise en charge de l'anaphylaxie. Le risque d'anaphylaxie est estimé à 0,65 par million de doses [IC 95% : 0,21 à 1,53], tout vaccin confondu (selon une seule étude descriptive, dans une population de plus de deux millions d'enfants, ayant reçu 7.5 millions de doses de vaccins).[1]

L'incidence de l'anaphylaxie est plus élevée pour les vaccins ROR et HPV :

  • pour le ROR de 1 pour 100 000 doses (basée sur une étude de cas prospective) ;

  • pour le HPV bivalent de 1.4 par million de doses (étude de cas rétrospective) ;

  • pour le HPV quadrivalent de 2.6 pour 100 000 doses (une étude de cas rétrospective) et de 1.7 par million de doses (une étude de cohorte).

                                                    

Les fiches d’information de l’OMS sur les fréquences des réactions post vaccinales, estiment l'incidence de l'anaphylaxie en fonction des vaccins :[5]

  • Vaccin anti-ROR (souche rougeole) : 1 à 3.5 pour un million de doses ;

  • Vaccin anti-HPV (quadrivalent) : 1.7 pour un million de doses ;

  • Vaccin anti-tétanique et diphtérique : 1.6 cas pour un million de doses ;

  • Vaccin anti-Hépatite B : 1.1 pour un million de doses ;

  • Vaccin anti-grippal : 0.7 cas pour un million de doses ;

  • Vaccin anti-méningocoque C : 0.7 pour un million de doses ;

  • Vaccins DTCa, Hib et pneumocoques : incidences non répertoriées.

                                  

La revue de l'Institute of Medicine (IOM) des États-Unis, via le « Comittee to Review Adverse Effetcs of Vaccines », publiée en 2012, énonce les effets indésirables imputables ou non aux vaccins.[6]

Ils sont classés en 4 catégories de preuves : preuves convaincantes pour un lien de causalité (augmentation du risque importante dans les études épidémiologiques ou mécanisme physiopathologique convaincant), en faveur d'une acceptation (preuve épidémiologique modérée d'une augmentation ou mécanisme physiopathologique possible), en faveur d'un rejet, et insuffisantes pour accepter ou rejeter un lien de causalité (absence de preuve épidémiologique ou mécanisme physiopathologique peu convaincant ou inexistant).

  • Preuves convaincantes d'un lien de causalité avec l'anaphylaxie pour les vaccins contre la toxine tétanique, l'hépatite B (allergie à la levure), la grippe (allergie à l’œuf ou la gélatine), le ROR, le méningocoque.

  • Preuves en faveur d'une acceptation d'un lien de causalité avec l'anaphylaxie pour les vaccins contre le Papillomavirus humain.

  • Preuves insuffisantes pour conclure ou non à un lien de causalité avec l'anaphylaxie pour les vaccins contre la toxine diphtérique et la coqueluche.

                                                        Haut de page

                                                

/// Prévention et vaccination du sujet allergique

                                                                                

    La vaccination est rarement contre-indiquée chez les sujets allergiques : seules de rares situations sont de réelles contre-indications. Il faut rappeler qu'une personne allergique n'est pas allergique à tout. De même, une allergie grave à un vaccin ne contre-indique pas toutes les vaccinations mais seulement le vaccin auquel le sujet a réagi ou ceux contenant le composant responsable de la réaction allergique. [7]

    Grâce à la purification du contenu du vaccin, les réactions allergiques graves sont rares.[4]

                                                                       

Les contre-indications à la vaccination pour le sujet allergique

Les allergies supposées, non avérées, ou les allergies chez des proches de la famille ne sont pas des contre-indications. Les contre-indications pour le sujet allergique sont : [3], [4], [8]

  • Un antécédent d'allergie grave au même vaccin administré antérieurement, ou à l'un des composants du vaccin ;

  • Pour les allergies aux antibiotiques (néomycine et streptomycine) et à la gélatine, seules les réactions anaphylactiques immédiates sont une contre-indication ;

  • Pour les personnes allergiques à l’œuf, il faut distinguer deux types de vaccins :

    • Les vaccins cultivés sur des œufs embryonnés de poule (grippe, fièvre jaune, encéphalite à tiques) sont à risque pour le sujet allergique (contre-indication en cas d'antécédent d'anaphylaxie à l'oeuf). Concernant le vaccin grippal inactivé, un antécédant de réaction allergique grave à l'oeuf constitue une contre-indication selon la notice du vaccin. Cependant, l'ACIP et le CDC ont mis à jour leur recommandation en août 2018. La vaccination anti-grippale est recommandée sans précaution d'administration en cas de réaction urticarienne (bénigne) à l'oeuf. De plus, elle est désormais recommandée en cas d'allergie grave à l'oeuf sous surveillance médicale rapprochée.[10]

    • Les vaccins cultivés sur fibroblastes de poulet (rougeole, oreillon, rubéole) pour lesquels le risque, en cas d'allergie à l'oeuf, est quasi nul

  • Une anamnèse suggérant une réaction de type anaphylactique doit conduire à la réalisation d'un bilan allergologique. [7]

                      

En revanche, ne sont pas des contre-indications absolues : [7]

  • Une allergie non grave, à un vaccin ou un de ses composants ;

  • Une allergie, même grave, à un autre vaccin ou un des composants pour les autres vaccins (ne contenant pas le composant mis en cause).

Cependant, une surveillance médicale renforcée et des précautions supplémentaires sont recommandées.

                                                  Haut de page

Les précautions chez un sujet allergique

Il est recommandé de :[4], [7]

  • Ne pas vacciner pendant une poussée évolutive d'une maladie ;

  • S'assurer de l'absence d'antécédent allergique grave à l'un des composants du vaccin ;

  • S'assurer de l'absence de réaction allergique grave au vaccin que l'on va injecter ;

  • Réaliser un bilan allergologique en cas d'anamnèse suggérant une réaction de type anaphylactique;

  • La prescription d'un anti-histaminique est recommandée par certaines institutions.

                                    

La revue systématique de Zafack et al., publiée en 2017, étudie le risque de récurrence d'un événement indésirable suivant la vaccination. 29 articles ont été inclus. Les études ont rapporté 3 types de réactions allergiques : le syndrome oculo-respiratoire, les événements de type allergiques et les réactions anaphylactiques. [2]

  • Récurrence des évènements de type allergiques : dans les 8 études (594 patients) où une nouvelle vaccination est pratiquée chez des patients ayant eu un évènement allergique, le risque de récurrence de l'évènement allergique est de 5% [IC 95% : 3.3 à 6.8]. Parmi ces récurrences, il n'y a aucun cas d'anaphylaxie.

  • Récurrence de l'anaphylaxie : la ré-immunisation des sujets ayant eu une réaction anaphylactique est rapportée dans 2 études sur 133 patients et aucune récurrence d'anaphylaxie n'est rapportée après la re-vaccination.

  • Récurrence du syndrome oculo-respiratoire : le risque varie de 10 à 37% selon les études parmi les 4 études inclues.

                                                 

Les précautions dans la population générale

  • Rechercher à l'interrogatoire les antécédents d'allergie grave à un ancien vaccin, les allergies graves à des antibiotiques ou au latex, les allergies graves après ingestion de levures ou de gélatine.[1], [7]

  • Il est recommandé au vaccinateur d'avoir un accès facile à un kit d'urgence contenant de l'adrénaline.[1]

  • Le CDC recommande aux professionnels de santé de surveiller 15 minutes le sujet vacciné (surtout les adolescents) : les réactions anaphylactiques ont lieu dans les premières minutes et 80% des syncopes vagales (à risque de traumatisme secondaire à la chute) ont lieu dans les 15 premières minutes.[3]

                                                   Haut de page

                                                        

/// Les substances et les vaccins à risque

                                                                   

Les substances à risque

La revue systématique de Vanlander et al., citée ci-dessus, a identifié plusieurs allergènes vaccinaux :[1]

L'ovalbumine et les protéines d’œuf :

  • Les composants du vaccin ROR sont cultivés dans des cultures cellulaires de fibroblastes de poulet. Cependant, la quantité d'antigène d’œuf contenue dans le vaccin est inférieure à la quantité nécessaire pour déclencher une réaction allergique. La vaccination des enfants allergiques (sans antécédent d'anaphylaxie) à l’œuf est donc possible en soins premiers.

  • Concernant les vaccins contre la fièvre jaune et la grippe, cultivés à partir de cellules d'embryon de poulets, des traces de protéines d’œuf peuvent être retrouvées. Les enfants ayant une histoire d'allergie à l’œuf doivent recevoir le vaccin sous surveillance en permanence.

La gélatine (contenue dans le ROR et le DTCa) : le CDC conseille que les sujets ayant un antécédent d'anaphylaxie à la gélatine doivent être vaccinés avec une grande précaution.

Les levures : les vaccins hépatite B et le quadrivalent papillomavirus sont préparés à partir de souche de Saccharomyces Cerecisiae (levure de boulanger). Un antécédent d'anaphylaxie à la levure constitue pour le CDC une contre-indication aux vaccins en contenant.

Le latex : il est contenu dans le matériel de la seringue ou du flacon. La CDC recommande que les vaccins fournis dans des flacons ou des seringues contenant du caoutchouc naturel ne doivent pas être administrés à un sujet ayant des antécédents d'anaphylaxie au latex. Pour les allergies non anaphylactiques (allergie de contact ou aux gants en latex), ces vaccins peuvent être administrés.

Les résidus d'antibiotique (néomycine, polymyxine, streptomycine) : un antécédent d'anaphylaxie à l'un de ces antibiotiques est une contre indication aux vaccins les contenant. L'allergie de type dermatite de contact n'empêche pas la vaccination.

Les sels d'aluminium n'ont jamais été identifiés comme responsables d'anaphylaxie post-vaccinale, selon les auteurs.

                                                           Haut de page

Les vaccins à risque

Se réferer à la notice de chaque vaccin.

Ce tableau ne se substitue pas à la lecture de chaque notice avant l'injection d'un vaccin chez un sujet ayant un antécédent allergique grave. A titre indicatif : [1], [4], [9]

Vaccins a risque allergique

                                  

                                           Haut de page

Sources

Revues systématiques

  1. Vanlander A, Hoppenbrouwers K. Anaphylaxis after vaccination of children: review of literature and recommendations for vaccination in child and school health services in Belgium. Vaccine. 30 mai 2014;32(26):3147 54. (Prisma ●●○○ ; Amstar ●○○)

  2. Zafack JG, De Serres G, Kiely M, Gariépy M-C, Rouleau I, Top KA-M, et al. Risk of Recurrence of Adverse Events Following Immunization: A Systematic Review. Pediatrics. Sept 2017;140(3). (Prisma ●●●○ ; Amstar ●●○)

Littérature grise

  1. General Recommendations on Immunization [Internet]. [cité 16 juill 2017]. Disponible sur: https://www.cdc.gov/mmwr/preview/mmwrhtml/rr6002a1.htm

  2. GuideVaccinations2012_Vaccination_de_populations_specifiques.pdf [Internet]. [cité 16 juill 2017]. Disponible sur: http://inpes.santepubliquefrance.fr/10000/themes/vaccination/guide-vaccination-2012/pdf/GuideVaccinations2012_Vaccination_de_populations_specifiques.pdf

  3. OMS | Fiches d’information de l’OMS sur les fréquences des réactions post vaccinales [Internet]. WHO. [cité 16 juill 2017]. Disponible sur: http://www.who.int/vaccine_safety/initiative/tools/vaccinfosheets/fr/

  4. Read « Adverse Effects of Vaccines: Evidence and Causality » at NAP.edu [Internet]. [cité 16 juill 2017]. Disponible sur: https://www.nap.edu/read/13164/chapter/1

  5. Vaccination des personnes allergiques [internet]. [cité 16 juill 2018]. Disponible sur : http://professionnels.vaccination-info-service.fr/Aspects-pratiques/Allergies-et-autres-contre-indications/Vaccination-des-personnes-allergiques  

  6. Une allergie aux œufs est-elle une contre-indication à la vaccination ? [Internet]. [cité 16 juill 2017]. Disponible sur: http://vaccination-info-service.fr/Questions-pratiques/Je-dois-me-faire-vacciner-que-dois-je-savoir/Une-allergie-aux-oeufs-est-elle-une-contre-indication-a-la-vaccination

  7. Mesvaccins.net [Internet]. [cité 16 juill 2017]. Disponible sur: https://www.mesvaccins.net/web/vaccines

  8. Grohskopf LA. Prevention and Control of Seasonal Influenza with Vaccines: Recommendations of the Advisory Committee on Immunization Practices—United States, 2018–19 Influenza Season. MMWR Recomm Rep [Internet]. 2018 [cité 21 nov 2018];67. Disponible sur: https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/67/rr/rr6703a1.html

 Haut de page