Imprimer

Coût des vaccins et de la politique vaccinale

         


           

Le prix des vaccins
La prise en charge de la vaccination en France
Le remboursement du vaccin
Le remboursement de l’injection
Des progrès encore réalisables ?
La gratuité est-elle une solution pour améliorer l’adhésion à la vaccination ?
Qui fixe le prix et le remboursement des vaccins ?

                

Le coût de la vaccination fait partie des freins recensés lors de l’étude de l’hésitation vaccinale. Cependant, parmi les études incluses dans le travail de thèse sur lequel nous nous appuyons, aucune de celles réalisées en France n’a évoqué cette limite. Le principal pays cité sur ce sujet sont les Etats-Unis, notamment dû à une insuffisance de couverture par les mutuelles.[1]

        

/// Le prix des vaccins

En 2017, le coût total dépensé dans les vaccins (tous confondus) en France était de 500 millions d’euros.[15]

 

Voici une liste non exhaustive du prix des principaux vaccins utilisés en pratique : [8]

Maladies

Vaccins

Prix (TTC)

Diphtérie Tétanos Poliomyélite (dTP)

REVAXIS

9.92€

DTP-Ca


dTP-ca

INFANRIX TETRA

TETRAVAC ACELLULAIRE

BOOSTRIX TETRA

REPEVAX

14.88€

14.88€

24.87€

27.62€

DTP-Ca- haemophilus influenzae b - hépatite B

INFANRIX HEXA

HEXYON

VAXELIS

39.78€

38.51€

39.47€

Grippe saisonnière

FLUARIX TETRA

VAXIGRIP TETRA

11.18€

11.18€

Hépatite B

ENGERIX B20 / B10   

HBVAXPRO 10 / 5

18.03€  / 10.36€

16.91€ / 9.85€

Méningocoque C

NEISVAC / MENJUGATE

23.47€

Rougeole-oreillons-Rubéole

M-M-RVAXPRO

PRIORIX

14.67€

14.50€

Papillomavirus

CERVARIX

GARDASIL

GARDASIL 9

110.34€

121.41€

136.70€

Pneumocoque 13 valent

PREVENAR 13

56.24€

Zona

ZOSTAVAX

127.98€

           Haut de page

 

/// La prise en charge de la vaccination en France

      

Il faut distinguer d’une part la prise en charge du produit vaccinal et d’autre part l’administration du vaccin, car elles ne sont pas forcément les mêmes [4] : par exemple, le vaccin contre la grippe est pris en charge à 100% (si recommandé) alors que son injection est pris en charge dans les conditions habituelles de remboursement (70% par un médecin en libéral par exemple).  

           

Le remboursement du vaccin

La liste des vaccins pris en charge par l’assurance maladie est fixée par arrêté ministériel. Globalement, tous les vaccins recommandés ou obligatoires en population générale inscrits au calendrier vaccinal en vigueur sont concernés [7]. Sauf cas particulier (voir ci-dessous), ils sont remboursés à 65% sur prescription médicale. On retrouve donc : [14]

 

Le montant restant est généralement remboursé par les complémentaires santé (mutuelles)[4] :

 

 

Cas particuliers : 

Certains vaccins sont pris en charge à 65% uniquement sous certaines conditions :

Certains vaccins sont au contraire pris en charge à 100%, le ticket modérateur étant alors complété par le FNPEIS (Fond National de prévention, d’éducation et d’information en santé) : [7][14]

Le vaccin contre le Zona (ZOSTAVAX) n’est remboursé qu’à hauteur de 30% en raison de son service médical rendu modéré selon l’avis de la HAS. [12]

 

Enfin, certains vaccins sont recommandés (voire obligatoire) pour partir dans certains pays étrangers (fièvre jaune, choléra, typhoïde…), toutefois ils ne sont pas pris en charge par l’Assurance Maladie. Certaines mutuelles prennent en charge ces vaccins à hauteur variable selon le contrat souscrit.[7]

 Haut de page

La remboursement de l’injection

Le système libéral effectue 85% de toutes les vaccinations.[7] L’administration du vaccin est pris en charge par l’assurance maladie selon les conditions habituelles: [2][14]

La part restante est prise en charge par les complémentaires santé (mutuelles). [4]

 

Certaines conditions spécifiques permettent la gratuité ou la prise en charge à 100% :

 

Selon l’article L3111-4 du code santé publique, les vaccins obligatoires et recommandés en fonction de la profession doivent être pris en charge par l’établissement ou l’organisme employeur.[3] Pour les professionnels de santé exerçant en libéral, les vaccins et leur injection sont prise en charge dans les mêmes conditions que pour la population générale (sauf pour le vaccin anti-grippal qui est pris en charge à 100 % pour les professionnels libéraux en contact étroit avec des sujets à risque de grippe sévère).[2]

 

Des progrès encore réalisables ?

Selon le rapport du HCSP (Haut Conseil en Santé Publique) de 2014, le dispositif public de vaccination actuel est complexe et inégalitaire : [7]

 

Plusieurs recommandations ont été émises par le HCSP, avec notamment : [7]

Haut de page

La gratuité est-elle une solution pour améliorer l’adhésion à la vaccination ? 

Selon le rapport sur la politique vaccinal établit en 2016, le reste à charge des patients (pour les vaccins non remboursés à 100%) n’est pas apparu comme un frein à la vaccination lors des auditions effectuées.[9] Par exemple, le taux de couverture vaccinal n’est pas meilleur pour les vaccins remboursés à 100% par l’assurance maladie (grippe pour les populations ciblées et ROR) que ceux remboursés à 65%. La gratuité n’apparaît pas comme un vecteur d’adhésion supplémentaire à la vaccination, alors que cela coûterait 170 millions d’euros de plus à l’assurance maladie.

      

Mais ce constat est fait dans un système actuel où des alternatives existent déjà :

 

A noter que pour les vaccins particulièrement coûteux (par exemple le vaccin anti-HPV), l’aspect financier a parfois été cité, mais il reste un frein secondaire et d’autres raisons (comme l’inquiétude des effets secondaires) sont mis en avant. Il faut rester vigilant toutefois au coût que cela nécessite pour les patients devant avancer le ticket modérateur.[9]

 

Ainsi, selon ce rapport :  “L’absence de reste à charge pour les patients doit constituer l’objectif prioritaire et non la gratuité.“

           

           

/// Qui fixe le prix et le remboursement des vaccins ?

             

Après avoir obtenu l’Autorisation de Mise sur le Marché (par l’ANSM), l’entreprise pharmaceutique qui souhaite que son produit soit remboursable doit déposer une demande à la HAS :[9][10][11]

 

Il existe donc plusieurs prix des vaccins :

Haut de page

Sources

      Littérature grise

  1. Isabelle Mahe, Pierre-André Attard, Michel Bismuth. Les freins à la vaccination : revue systématique de la littérature. 2014;66.

  2. Remboursement des vaccins [Internet]. [cité 17 févr 2019]. Disponible sur: https://vaccination-info-service.fr/Questions-frequentes/Questions-pratiques/Remboursement-des-vaccins

  3. Code de la santé publique | Legifrance [Internet]. [cité 17 févr 2019]. Disponible sur: https://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?idSectionTA=LEGISCTA000006171171&cidTexte=LEGITEXT000006072665

  4. Prise en charge financière des vaccinations [Internet]. [cité 17 févr 2019]. Disponible sur: https://professionnels.vaccination-info-service.fr/Aspects-pratiques/Acte-vaccinal/Prise-en-charge-financiere-des-vaccinations

  5. oc2016.pdf [Internet]. [cité 17 févr 2019]. Disponible sur: https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/oc2016.pdf

  6. Le vaccin Gardasil 9 dans les pharmacies dès le mo... - MesVaccins.net [Internet]. [cité 17 févr 2019]. Disponible sur: https://www.mesvaccins.net/web/news/12680-le-vaccin-gardasil-9-dans-les-pharmacies-des-le-mois-d-aout-2018

  7. HCSP. Politique vaccinale et obligation vaccinale en population générale [Internet]. Paris: Haut Conseil de la Santé Publique; 2014 mars [cité 27 nov 2018]. Disponible sur: https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=455

  8. Vaccins - MesVaccins.net [Internet]. [cité 17 févr 2019]. Disponible sur: https://www.mesvaccins.net/web/vaccines

  9. Hurel MS. Rapport sur la politique vaccinale. :122. Disponible sur : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_sur_la_politique_vaccinale_janvier_2016_.pdf

  10. La fixation des prix et du taux de remboursement [Internet]. [cité 7 juin 2017]. Disponible sur: https://vaccination-info-service.fr/index.php/Generalites-sur-les-vaccinations/Politique-vaccinale-en-France/Fixation-du-prix-et-du-taux-de-remboursement-des-vaccins

  11. Les déterminants de la politique vaccinale [Internet]. Disponible sur: http://www.hcsp.fr/Explore.cgi/Telecharger?NomFichier=ad711430.pdf

  12. CT-13478_ZOSTAVAX_PIC_Ins_Avis3_CT13478.pdf [Internet]. [cité 7 mars 2019]. Disponible sur: https://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/evamed/CT-13478_ZOSTAVAX_PIC_Ins_Avis3_CT13478.pdf

  13. 20121016_Politique_vaccinale.pdf [Internet]. [cité 2 févr 2018]. Disponible sur: https://www.ccomptes.fr/sites/default/files/EzPublish/20121016_Politique_vaccinale.pdf

  14. Prise en charge de la vaccination [Internet]. [cité 21 févr 2019]. Disponible sur: https://www.ameli.fr/assure/remboursements/rembourse/medicaments-vaccins-dispositifs-medicaux/vaccination

  15. cns18.pdf [Internet]. [cité 21 févr 2019]. Disponible sur: https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/cns18.pdf

  16. calendrier_vaccinations_2018.pdf [Internet]. [cité 23 avr 2019]. Disponible sur: https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/calendrier_vaccinations_2018.pdf

               


      

Coût de la vaccination pour la société
Le coût des vaccins
Les autres coûts associés
La vaccination, une intervention rentable pour la société ?
Comment le vaccin peut-il être rentable
L’évaluation médico-économique
Les données des pays développés
Les données dans le monde
Économies des industries vaccinales

          

/// Coût de la vaccination pour la société

            

Le coût des vaccins

Le coût total dépensé dans la vaccination est de 500 millions d’euros en 2017. [9]

- Pour l’assurance maladie, le coût des vaccins (tous régimes confondus) s’élève à 310 millions d’euros en 2016, hors consultations et actes de la vaccination. Cela représente environ 1% de la consommation en médicaments (données de 2016) [3], et environ 1 millième du budget de l’assurance maladie (selon les données de 2011).[1]

- L’extension de l’obligation vaccinale de 3 à 11 vaccins ne représente qu’un coût modeste pour l’assurance maladie, estimé à 12 millions d’euros pour 2018.[3]

- La prise en charge (sous conditions) pour le ROR et la grippe par le FNPEIS (Fond National de prévention, d’éducation et d’information en santé) s’élève à 20 millions d’euros.[1]

- Il faut également tenir compte des coûts des vaccins fournis gratuitement par les structures publiques de vaccination (PMI, centres de vaccination, hôpitaux, CeGIDD) et les centres de médecine préventive universitaires qui bénéficient d’un budget spécifique.[1]

 

Si le coût a augmenté entre 2004 et 2011 de près de 40%, essentiellement lié à l’évolution des recommandations concernant la vaccination contre le pneumocoque et le papillomavirus, il a eu tendance à diminuer de 2012 à 2016. La principale raison est la réduction du nombre d’injections liée à la simplification du calendrier vaccinal (baisse de 12.4% du nombre d’unités vendues entre 2012 et 2016 selon l’ANSM).[1][3]

Selon les données de 2011, les vaccins représentant les coûts les plus élevés sont par ordre décroissant : les vaccins combinés DTP-Ca-hib, le vaccin antipneumococcique, le vaccin anti-HPV, le vaccin anti-méningococcique, le vaccin anti-hépatite B, le vaccin anti-grippal et le vaccin ROR. Cependant, le coût par personne vaccinée est nettement plus conséquent pour les vaccins anti-HPV et anti-pneumocoque.[8]

           Haut de page

Les autres coûts associés

D’autres coûts sont également à prendre en compte, comme : [7]

             

/// La vaccination, une intervention rentable pour la société ?

         

Selon l’OMS, la vaccination est l’une des interventions de santé publique les plus économiquement rentables des temps modernes. Son coût est faible mais améliore considérablement la santé des populations. [4]

 

Comment le vaccin peut-il être rentable ?

Pour comprendre l’impact de la vaccination, deux types de coûts liés à la maladie sont à différencier : [7][11]

 

La maladie à prévention vaccinale coûte cher à la société et à l’Assurance Maladie. En effet, celle-ci rembourse une partie des honoraires médicaux et des médicaments, et paie les indemnités journalières liées aux arrêts de travail : par exemple, selon les données du GROG, chaque million de cas de grippe coûte environ 100 millions d’euros, soit en moyenne 400 à 500 millions d’euros par épidémie en France.[7]

 

L’avantage de la vaccination est de prévenir les deux types de coûts. Pour reprendre l’exemple de la grippe, une étude américaine dans les années 1990 a montré l’impact économique de la vaccination (calcul basé pour un groupe de 100 sujets) : [7]

 

Ainsi, non seulement la vaccination permet de réaliser des économies importantes concernant le coût des traitements, mais ses répercussions sont encore plus larges d’un point de vue économique. En évitant les séquelles physiques et psychiques des infections à prévention vaccinale, elle diminue le risque d’invalidité et  permet aux individus de pouvoir exercer une activité professionnelle et être actif dans la société. [4]

Haut de page

L’évaluation médico-économique

Il existe plusieurs méthodes d’évaluation médico-économique : [13]

 

En France, l’évaluation médico-économique des produits de santé innovants et coûteux n’a été introduite que tardivement (2012). Mais la vaccination est pionnière dans ce domaine, puisque les vaccins bénéficient d’une évaluation médico-économique depuis 1997. C’est au CTV (Comité Technique de la Vaccination, désormais rattaché à la HAS) qu’incombe la tâche de réaliser et d’étudier les études médico-économiques afin d’établir les stratégies vaccinales des nouveaux vaccins.[14] Cet avis est ensuite pris en compte par la HAS afin de déterminer si un vaccin doit bénéficier d’un remboursement ou non et à quel taux.[2]

 

L’impact médico-économique des programmes de vaccination et donc un élément majeur intervenant dans la prise de décision de la stratégie vaccinale et du remboursement du vaccin.

 

Les données dans les pays développés

De nombreuses évaluations “coût-efficacités” (cost-effectiveness en anglais) sont réalisées afin d’évaluer la rentabilité des vaccins. Celles-ci n’ont pas fait l'objet d’une recherche systématique de la littérature, car elles ne ne constituent pas un frein à la vaccination.

 

Un rapport intitulé “Benefits from Immunization During the Vaccines for Children Program Era — United States, 1994–2013”, a été publié en 2014 par le CDC.[12] Celui-ci évalue l’impact de la vaccination systématique des cohortes de naissances aux Etats-Unis entre 1994 et 2013, correspondant à la date de lancement du programme VFC (“Vaccine For Children”).[11]

Les vaccins concernés sont : diphtérie, tétanos, coqueluche, poliomyélite, Hib, hépatite B, rougeole, oreillons, rubéole, varicelle, pneumocoque (7 puis 13 valents) et rotavirus. L’analyse prend en compte d’une part les bénéfices en terme de coûts directs (médicaux ou non) et d’autre part les coût indirects (perte de productivité). Parallèlement sont comparés les coûts de la vaccination (les vaccins, leurs administrations, les déplacements des parents, le temps de travail perdu et les effets indésirables associés aux vaccins).[11]

Selon les données de la modélisation, parmi les enfants nés entre 1994 et 2013, la vaccination préviendrait environ au cours de leur vie : [12]

Sur le plan économique, la vaccination systématique des enfants :

Cela représente donc, au total, une économie nette de 295 milliards de dollars en coûts directs et 1 380 milliards de dollars en coûts sociétaux. Autrement dit, chaque dollar investi dans la vaccination entraîne une économie de 9 dollars au total.


Un rapport Français, réalisée par l’INSERM, a passé en revue la littérature concernant l’analyse médico-économique de plusieurs vaccins. Les auteurs concluent que la plupart des évaluations économiques sont très en faveur des programmes de vaccination. Cependant, le rapport date de 1999, ce qui limite le nombre d’analyses et ne permet pas d’obtenir des informations sur les derniers vaccins introduits. De nombreuses analyses de pays développés sont présentées mais les données françaises sont peu nombreuses. Il ressort dans l’ensemble un impact médico-économique favorable concernant la vaccination contre l’Hib, le ROR, la coqueluche, le rotavirus (étude nord-américaine) et la grippe chez le sujet âgé. En revanche, l’impact économique est plus incertain concernant le tétanos et la poliomyélite, essentiellement par manque d’études. [13]

        Haut de page

Les données dans le Monde

Les données mondiales relatives au rapport coût-efficacité de la vaccination permettent d’affirmer la rentabilité économique de la vaccination. Pour exemple :

 

Le constat va même plus loin. Selon une étude effectuée par l’Ecole de santé publique de l’Université Harvard, la vaccination, en participant à maintenir les enfants scolarisés et en bonne santé, contribue à augmenter l’espérance de vie et le temps consacré à des activités productives, ce qui contribue à faire régresser la pauvreté. [6]

 

En 2012, l’Assemblée mondiale de la Santé a établi “le Plan d’action mondial pour les vaccins” (visant à favoriser un accès universel à la vaccination à travers le monde), estimant la possibilité d’éviter des millions de décès et de générer un bénéfice économique représentant des milliards de dollars sur la décennie 2012-2020. [5]

 

En 2017, une étude présentée par l’OMS a estimé l’impact économique de 10 vaccinations dans 73 pays à revenu faible et intermédiaire entre 2001 et 2020. Les vaccins concernés sont : Haemophilus influenzae b, l’hépatite B, le papillomavirus, l’encéphalite japonaise, la rougeole, le méningocoque A, le rotavirus, la rubéole, le pneumocoque et la fièvre jaune. Les bénéfices ont été calculés sur les traitement évités, les coûts de transport, la perte de productivité des soignants non professionnels et la perte de productivité pour cause d’invalidité ou de décès. Selon les estimations, si le taux de couverture vaccinale souhaité était atteint, les bénéfices sur cette période de 20 ans seraient les suivants : [10]

Selon les auteurs, L’impact de la vaccination dépasse donc le domaine de la santé, car il permet d’éviter d’importants coûts et une augmentation potentielle de la productivité économique de certains pays les plus pauvres du monde.”

 Haut de page

/// Économie des industries vaccinales

        

Voir l’article : “Lobby pharmaceutique et les conflits d’intérêts des experts”

         

Sources

     Littérature grise

  1. HCSP. Politique vaccinale et obligation vaccinale en population générale [Internet]. Paris: Haut Conseil de la Santé Publique; 2014 mars [cité 27 nov 2018]. Disponible sur: https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=455

  2. Hurel MS. Rapport sur la politique vaccinale. :122. Disponible sur : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_sur_la_politique_vaccinale_janvier_2016_.pdf

  3. 06-politique-vaccinale-Tome-1.pdf [Internet]. [cité 21 janv 2019]. Disponible sur: https://www.ccomptes.fr/sites/default/files/2018-01/06-politique-vaccinale-Tome-1.pdf

  4. Les sept raisons essentielles - pour que la vaccination reste une priorité dans la Région européenne de l’OMS. :8.

  5. Plan_daction_mondial_pour_les_vaccins.pdf [Internet]. [cité 13 déc 2018]. Disponible sur: http://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/79315/9789242504989_fre.pdf;jsessionid=259DA8EF548245384898C9BB6D3F402B?sequence=1

  6. WHO_IVB_09.10_fre.pdf [Internet]. [cité 12 févr 2019]. Disponible sur: https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/70115/WHO_IVB_09.10_fre.pdf?sequence=1

  7. Vaccins : convaincre et innover pour mieux protéger [Internet]. [cité 21 févr 2019]. Disponible sur: http://www.senat.fr/rap/r06-476/r06-476_mono.html#toc171

  8. 20121016_Politique_vaccinale.pdf [Internet]. [cité 2 févr 2018]. Disponible sur: https://www.ccomptes.fr/sites/default/files/EzPublish/20121016_Politique_vaccinale.pdf

  9. cns18.pdf [Internet]. [cité 21 févr 2019]. Disponible sur: https://drees.solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/cns18.pdf

  10. OMS | Estimation de l’impact économique de la vaccination dans 73 pays à revenu faible et intermédiaire entre 2001 et 2020 [Internet]. WHO. [cité 23 févr 2019]. Disponible sur: http://www.who.int/bulletin/volumes/95/9/16-178475-ab/fr/

  11. VFC | Publication sur les coûts-avantages | Les vaccins | CDC [Internet]. 2018 [cité 23 févr 2019]. Disponible sur: https://www.cdc.gov/vaccines/programs/vfc/pubs/methods/index.html

  12. Avantages de la vaccination pendant l’ère du programme de vaccins pour les enfants - États-Unis, 1994-2013 [Internet]. [cité 23 févr 2019]. Disponible sur: https://www.cdc.gov/mmwr/preview/mmwrhtml/mm6316a4.htm

  13. expcol_1999_vaccinations_06ch.pdf [Internet]. [cité 24 févr 2019]. Disponible sur: http://www.ipubli.inserm.fr/bitstream/handle/10608/197/expcol_1999_vaccinations_06ch.pdf?sequence=13

  14. 2014-066R_-_Rapport_DEF.pdf [Internet]. [cité 24 févr 2019]. Disponible sur: http://www.igas.gouv.fr/IMG/pdf/2014-066R_-_Rapport_DEF.pdf

            

Affichages : 2816