Efficacité des vaccins contre la rougeole

                     

Efficacité des vaccins contre la rougeole

                     

Introduction

           

HISTORIQUE DE LA VACCINATION
VACCINS DISPONIBLES
IMMUNITÉ NATURELLE

           

/// Historique DE LA VACCINATION

             

Le virus de la rougeole a été isolé et cultivé pour la première fois en 1954. L’une des souches originales, dénommée Edmonston, a servi à la fabrication de la plupart des vaccins.[1][6]

C’est en 1963 que les premiers vaccins antirougeoleux ont été homologués. [1] Cette même année, les Etats-unis ont lancé le programme de vaccination contre la rougeole dans leur pays. [4] Le Royaume-Uni a également introduit la vaccination peu de temps après, en 1968. [5]

En France, il faut attendre l’année 1983 pour voir l’introduction du vaccin anti-rougeoleux dans le calendrier vaccinal de routine, suivi d’une deuxième dose en 1997. [3]

           

En 2000, la rougeole a été déclarée “éliminée” des Etats-Unis, notamment grâce à plusieurs campagnes de vaccination “de rattrapage” et “de suivi” entre 1989 et 1998. [4][7]

Cette même année, l’OMS adopte alors son premier plan mondial de lutte contre la rougeole fixé entre 2000 et 2005 visant à diminuer de moitié la mortalité par rapport à 1999, puis un second plan de 2005 à 2010 visant une baisse de 90% de la mortalité (non atteint).[11]

Depuis 2005, la France (ainsi que la région Europe de l’OMS) est entrée dans le “plan d’élimination de la rougeole et de la rubéole congénitale 2005-2010”.[3] La recrudescence des épidémies de rougeole depuis 2008 et le fait de ne pas avoir atteint l’objectif de couverture vaccinale fixé à 95% pour deux doses ont repoussé la réussite de ce plan. [8]

               

Le rougeole a les caractéristiques d'une maladie éradicable : le virus est stable, le réservoir est strictement humain, il n'y a pas de portage et le vaccin est efficace. Cependant, une autre caractéristique est nécessaire : la mise en place d'une politique d'éradication. [8]

En 2012, l’Assemblée mondiale de la Santé a approuvé un nouveau “Plan stratégique mondial 2012-2020 contre la rougeole et la rubéole” avec pour objectif : [6][11]

  • de réduire d’au moins 95% la mortalité par rougeole en 2015 (par rapport à l’année 2000) ;

  • d'éliminer la rougeole, la rubéole et le SRC dans 4 des 6 régions OMS en 2015 ;

  • et d'éliminer la rougeole et la rubéole dans au moins 5 des 6 régions OMS en 2020.

Malgré une baisse de la mortalité liée à la rougeole de 84% entre 2000 et 2016 (faisant de la vaccination anti-rougeoleuse le meilleur inverstissement en santé publique), le SAGE a confirmé que les objectifs d’élimination fixés pour 2015 n’avaient pas été atteints en raison d'une couverture vaccinale insuffisante. [7][9]

 Haut de page

                  

/// Vaccins DISPONIBLES

              

Tous les vaccins actuellement disponibles sont des vaccins vivants atténués. Le vaccin rougeoleux sous forme simple (Rouvax®) n’est plus disponible depuis fin 2017. [2]

Seules les formes trivalentes, associées aux vaccins contre les oreillons et la rubéole sont actuellement commercialisées en France (M-M-R Vax Pro® et le vaccin Priorix®).

(voir composition des vaccins)

  Haut de page

              

/// Immunité naturelle

            

L’infection par le virus de la rougeole confère une immunité à vie. Celle-ci est attribuée aux anticorps dirigés contre l’hémagglutinine, protéines de surface du virus permettant sa pénétration dans les cellules du corps humain. [6]

               

Les nourrissons bénéficient généralement d’une protection  pendant 6 à 9 mois contre la rougeole suite au passage trans-placentaire des anticorps maternels. Cependant, les enfants dont les mères possèdent une immunité induite par la vaccination reçoivent moins d’anticorps maternels que ceux dont les mères ont contracté l’infection par le virus de la rougeole. Cela se traduit par une plus courte durée de protection. [6]

              

Certains auteurs rapportent que l’infection par le virus de la rougeole conduit à une période d’immunodépression, et donc de susceptibilité accrue aux infections secondaires pendant plusieurs semaines voire plusieurs mois. C’est un facteur important de complications ainsi que de mortalité liée à la rougeole. [10] 

  Haut de page

            

Sources 

  1. GuideVaccinations2012_Vaccination_contre_la_rougeole.pdf [Internet]. [cité 26 sept 2018]. Disponible sur: http://inpes.santepubliquefrance.fr/10000/themes/vaccination/guide-vaccination-2012/pdf/GuideVaccinations2012_Vaccination_contre_la_rougeole.pdf

  2. Vaccins - MesVaccins.net [Internet]. [cité 26 sept 2018]. Disponible sur: https://www.mesvaccins.net/web/vaccines?utf8=%E2%9C%93&name_or_disease=disease&search-by-name=&search-by-disease=8&search-by-age=&age_unit=ans&commit=Chercher

  3. Rougeole / Maladies à prévention vaccinale / Maladies infectieuses / Dossiers thématiques / Accueil [Internet]. [cité 29 sept 2018]. Disponible sur: http://invs.santepubliquefrance.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Maladies-a-prevention-vaccinale/Rougeole

  4. Rougeole Pour les professionnels de la santé | CDC [Internet]. 2018 [cité 29 sept 2018]. Disponible sur: https://www.cdc.gov/measles/hcp/index.html

  5. Green-Book-Chapter-21-v2_0.pdf [Internet]. [cité 29 sept 2018]. Disponible sur: https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/147968/Green-Book-Chapter-21-v2_0.pdf

  6. WER9217.pdf [Internet]. [cité 30 sept 2018]. Disponible sur: http://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/255149/WER9217.pdf?sequence=1

  7. wer9106.pdf [Internet]. [cité 30 sept 2018]. Disponible sur: http://www.who.int/wer/2016/wer9106.pdf

  8. 0407_rougeole.pdf [Internet]. [cité 30 sept 2018]. Disponible sur: http://medphar.univ-poitiers.fr/santepub/images/staff_2010/0407_rougeole.pdf

  9. Rougeole [Internet]. World Health Organization. [cité 30 sept 2018]. Disponible sur: http://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/measles

  10. Bester JC. Measles and Measles Vaccination: A Review. JAMA Pediatr. 01 2016;170(12):1209‑15.

  11. World Health Organization. Global measles and rubella strategic plan: 2012-2020. [Internet]. 2012 [cité 11 oct 2018]. Disponible sur: http://apps.who.int/iris/bitstream/10665/44855/1/9789241503396%5Feng.pdf

                         

Epidémiologie et données des institutions

             

LES DONNÉES DES INSTITUTIONS FRANCAISES
LES DONNÉES DES INSTITUTIONS ÉTRANGÈRES
LES DONNÉES DES INSTITUTIONS MONDIALES

                                  

/// LES DONNÉES DES INSTITUTIONS FRANCAISES

               

Selon les données de Santé publique France  [1][4]

  • Les vaccins sont très immunogènes :

    • 90 à 95% des individus répondent à la première dose, et la deuxième dose permet une séroconversion chez 90% de ceux qui n’ont initialement pas répondu.  

    • Après deux doses, le taux de séroconversion est entre 97 et 100% chez les > 12 mois.

    • L’immunité apparaît 10 à 15 jours après la vaccination.

  • L’efficacité clinique réelle évaluée par les études épidémiologiques lors des épidémies varie entre 90 et 95% pour des enfants vaccinés plusieurs années auparavant;

  • L’immunité post-vaccinale semble (grâce à la mémoire immunitaire) être de très longue durée et persiste même chez les sujets ne présentant plus d’anticorps sériques (et ce après une seule dose, la seconde dose ne constituant pas un rappel mais un moyen de rattrapper les enfants qui n’aurait pas séroconverti). Cependant, cette durée est mal connue d’autant que les rappels naturels par contact avec le virus de la rougeole pourraient jouer un rôle dans la prolongation de la protection.

              Haut de page

D’un point de vue épidémiologique

La rougeole a été surveillée par le réseau de médecins généralistes Sentinelles de 1986 à 2006 (Inserm, unité 707). Depuis 2005, la rougeole est réinscrite sur la liste des maladies à déclaration obligatoire. [1]

Avant la mise en œuvre de la vaccination pour les nourrissons contre la rougeole en 1983, plus de 500 000 cas survenaient en moyenne chaque année (dont 15 à 30 décès). Entre 10 et 30 encéphalites aiguës et un nombre similaire de PESS (Panencéphalite Subaiguë Sclérosante) étaient également recensés. [1]

Les données épidémiologiques objective une nette diminution d’incidence de la maladie depuis la fin des années 1980 en lien avec l’introduction et  l’amélioration de la couverture vaccinale :

  • Le nombre d'encéphalite et de PESS est passé de 25 à 30 cas chacun en 1980 à moins de 5 cas en 1995-1996. Elle a ré-augmenté à 8 cas en 2010.

  • Depuis les années 2000, le nombre de décès était inférieur à 5 par an.

  • En 2006 et 2007, on dénombrait une quarantaine de cas de rougeole chaque année contre précisément 331 000 en 1986. [2]

           

rougeole incidence

            Haut de page

Cependant, des épidémies persistent comme celle débutée en 2008 avec une évolution en plusieurs vagues, dont un pic en 2011 avec plus de 14 000 cas de janvier à juin. Elles touchent principalement les sujets non vaccinés (en 2010, 82% des cas n'étaient pas vaccinés et 13% n'avaient reçu qu'une seule dose).  [1] 

De 2008 à 2017, on dénombre 24 500 cas de rougeoles déclarés et 20 décès. [4] Alors qu’une diminution du nombre de cas a eu lieu de 2012 à 2016, une recrudescence est constatée depuis novembre 2017, avec 2805 cas déclarés jusqu’en octobre 2018 (épidémie en Nouvelle-Aquitaine) : 89% des cas de rougeole sont survenus chez des sujets non ou mal vaccinés ; 3 décès ont eu lieu depuis début 2018, l'incidence la plus élevée concernait des sujets de moins de 1 an (30,7 cas / 100 000 habitants). [3]

Pourtant, l’élimination de la rougeole est jugée possible par la vaccination si la couverture vaccinale atteignait 95% des enfants pour les deux doses. [4][7]

          

Haut de page

                

/// Les données des institutions étrangères

              

Aux Etats-Unis

Selon le CDC

  • Une dose de vaccin ROR est efficace à environ 93% et deux doses à environ 97% contre la rougeole. [5][6]

  • Presque toutes les personnes n’ayant pas répondu à la première dose du vaccin ROR à l’âge de 12 mois ou plus répondront à la deuxième dose, d’où son administration. [5]

  • Les preuves sérologies et épidémiologiques indiquent que l’immunité induite par la vaccination semble être à long terme et probablement à vie chez la plupart des personnes. [6]

               

D’un point de vue épidémiologique [5]

  • Au cours de la décennie précédant la vaccination introduite en 1963, on estimait entre 3 et 4 millions le nombre de cas de rougeole par an, dont 549 000 cas réellement déclarés, 1000 personnes atteintes d’une incapacité chronique due à une encéphalite aiguë et 495 décès. [5]

  • L’introduction généralisée de la vaccination a permis une réduction de 99% des cas de rougeole.

  • En 2000, la rougeole a été déclarée “éliminée” des Etats-Unis correspondant à l’absence de transmission endémique du virus pendant plus de 12 mois.

  • Depuis, le nombre de cas annuel varie entre 37 cas en 2004 et 667 en 2014, principalement des personnes non vaccinées et suite à une importation depuis un pays étranger.  Cependant, des épidémies persistent encore chaque année.

NB :  L’élimination de la rougeole est définie comme l’interruption de la transmission de cette maladie dans une zone géographique définie pendant au moins 12 mois

 Haut de page

Au Royaume-Uni  [8]

 D’un point de vue épidémiologique

  • Avant l’introduction de la vaccination contre la rougeole en 1968, le nombre de cas déclarés variait entre 160 000 et 800 000 par an dont 100 décès, avec des pics épidémiques tous les deux ans.

  • De 1968 à la fin des années 1980, la couverture vaccinale est restée trop faible ne permettant pas l’élimination de la maladie : entre 50 000 cas et 100 000 cas (dont environ 13 décès) étaient déclarés chaque année.  

  • En 1988, le Royaume-Uni introduit la vaccination ROR et améliore la couverture vaccinale au-delà de 90%. Une diminution progressive jusqu’à des taux très faibles est constatée .

  • Cependant, quelques épidémies sont survenues en 1993-1994 notamment chez les adolescents conduisant à la réalisation d’une campagne de vaccination en novembre 1994 puis l’introduction d’un schéma à deux doses en 1996. Cela a permis d’interrompre la transmission endémique de la maladie, de diminuer par 7 le nombre de rougeole et de faire quasiment disparaître les cas de PESS.

 

Rougeole UK

Haut de page

En Europe

En Finlande, la vaccination ROR en deux doses a été introduite en 1982. Une couverture vaccinale élevée a permis d’éliminer les cas autochtones de rougeole, rubéole et oreillons depuis 1994.[8]  A l'inverse, plusieurs pays européens n'ont pas encore éliminé la rougeole, dont certains pays frontaliers de la France ayant présenté des épidémies récentes en 2017 comme l’Italie (près de 5000 cas), l’Allemagne (plus de 900 cas) ou la belgique (près de 400 cas). [4]

 Haut de page

              

/// Les données des institutions mondialeS

               

Selon les données de l’OMS

  • La rougeole est évitable et peut être éliminée par la vaccination. [9] Cependant, une couverture vaccinale élevée (estimé entre 89 et 94%) est nécessaire pour interrompre la transmission de la rougeole. En effet, celle-ci présente la plus forte contagiosité des maladies évitables par la vaccination (sur 10 personnes non protégées exposées à la rougeole, 9 vont contracter la maladie et on estime qu'un sujet contaminé peut infecter entre 15 et 20 personnes [4][5]).

  • L’efficacité du vaccin est stable dans le temps, le virus ne modifiant pas sa structure antigénique depuis des décennies. [9]

  • Le vaccin induit une réponse immunitaire humorale et cellulaire similaire à celle provoquée par le virus sauvage, bien que les titres d’anticorps soient en général plus bas.

  • Efficacité : [9]

    • L’efficacité médiane d’une dose unique du vaccin anti-rougeoleux est de 84% chez les 9-11 mois et 92.5% chez les > 12 mois.

    • Approximativement 95% des enfants non séro-convertis à la première injection se doteront d’une immunité protectrice après la seconde dose.

    • Avant 6 mois, il est fréquent que la vaccination ne provoque pas de séroconversion en raison de l’immaturité du système immunitaire et de la présence des anticorps maternels.

  • Durée de protection : [9]

    • Des données indiquent qu’une dose unique de vaccin (ayant entraînée une séroconversion) conférerait une protection à vie chez la plupart des individus en bonne santé.

    • Cette durée est plus variable que celle de l'immunité conférée suite à l’infection par le virus sauvage.

    • Néanmoins, la baisse de l'immunité ne semble pas jouer un rôle majeur dans la transmission du virus rougeoleux.

  • L’OMS conclut que “les vaccins antirougeoleux vivants atténués disponibles sont sûrs et efficaces, confèrent une protection de longue durée [et] sont peu onéreux...”

             

 

D’un point de vue épidémiologique

Rougeole incidence mondiale OMS

Avant l’introduction de la vaccination antirougeoleux (1963) et sa généralisation (années 1980), des épidémies importantes se produisaient tous les 2-3 ans. On estimait le nombre de rougeoles à 30 millions dont plus de 2 millions de décès chaque année. [4][9]

Entre 2000 et 2015-2016, l’incidence de la rougeole et des décès a chuté d’environ 80% : [4][9][11]

  • Le nombre de cas est passé de 146 à 35 cas par million d’habitants.

  • Le nombre de décès dans le monde a été estimé à 89 780 en 2016 (baisse de 84% par rapport aux 550.000 décès estimés en 2000 [10]) pour une couverture vaccinale mondiale de 85% et 61% pour 1 et 2 doses respectivement.

  • La vaccination antirougeoleuse a évité 20.4 millions de décès entre 2000 et 2016, faisant de ce vaccin le meilleur investissement dans la santé publique.

Fin 2015, les régions d’Amérique, d’Europe et du Pacifique occidental ont vérifié l’élimination de la rougeole dans 61 états membres.[4][9][13] 

             

 

 

Cependant, ces progrès n’atteignent pas les objectifs initialement fixés par le “Plan stratégique mondial 2012-2020 contre la rougeole et la rubéole” approuvé en 2012 par l’Assemblée mondiale de la Santé, visant à réduire d’au moins 95% la mortalité en 2015 (par rapport à l’année 2000) et éliminer la rougeole dans 4 des 6 régions OMS. [12] Pour cela, 5 stratégies avaient été présentées :

  • Atteindre et maintenir un haut niveau de couverture vaccinale avec deux doses de vaccin;

  • Avoir une surveillance efficace de la maladie et de l’efficacité des programmes;

  • Développer des stratégies d’action rapide en cas d’épidémie;

  • Promouvoir et communiquer sur la vaccination auprès de la population;

  • Effectuer des recherches afin d’améliorer la vaccination et les outils de diagnostic.

Suite à l’échec des objectifs fixés pour 2015, le SAGE (Groupe consultatif stratégique d’experts de la vaccination de l’OMS) a commandité un examen à mi-parcours afin d’évaluer les progrès réalisés et les raisons du retard. La revue met en cause le manque d’appropriation des stratégies recommandées par l'OMS par les différents pays et la politique mondiale, avec la mise en place de ressources insuffisantes. [13]

 Haut de page

                   

Sources 

  1. GuideVaccinations2012_Vaccination_contre_la_rougeole.pdf [Internet]. [cité 26 sept 2018]. Disponible sur: http://inpes.santepubliquefrance.fr/10000/themes/vaccination/guide-vaccination-2012/pdf/GuideVaccinations2012_Vaccination_contre_la_rougeole.pdf

  2. Rougeole / Maladies à prévention vaccinale / Maladies infectieuses / Dossiers thématiques / Accueil [Internet]. [cité 29 sept 2018]. Disponible sur: http://invs.santepubliquefrance.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Maladies-a-prevention-vaccinale/Rougeole

  3. Bulletin épidémiologique rougeole. Données de surveillance au 1er octobre 2018. / Points d’actualités / Rougeole / Maladies à prévention vaccinale / Maladies infectieuses / Dossiers thématiques / Accueil [Internet]. [cité 29 sept 2018]. Disponible sur: http://invs.santepubliquefrance.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Maladies-a-prevention-vaccinale/Rougeole/Points-d-actualites/Bulletin-epidemiologique-rougeole.-Donnees-de-surveillance-au-17-octobre-2018

  4. Rougeole [Internet]. [cité 29 sept 2018]. Disponible sur: http://vaccination-info-service.fr/Les-maladies-et-leurs-vaccins/Rougeole

  5. Rougeole Pour les professionnels de la santé | CDC [Internet]. 2018 [cité 29 sept 2018]. Disponible sur: https://www.cdc.gov/measles/hcp/index.html

  6. About MMR and MMRV Vaccines | For Providers | CDC [Internet]. 2018 [cité 29 sept 2018]. Disponible sur: https://www.cdc.gov/vaccines/vpd/mmr/hcp/about.html

  7. Questions-réponses sur la vaccination rougeole-oreillons-rubéole - 2017. 2017;7. Disponible sur http://inpes.santepubliquefrance.fr/CFESBases/catalogue/pdf/1174.pdf

  8. Green-Book-Chapter-21-v2_0.pdf [Internet]. [cité 29 sept 2018]. Disponible sur: https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/147968/Green-Book-Chapter-21-v2_0.pdf

  9. WER9217.pdf [Internet]. [cité 30 sept 2018]. Disponible sur: http://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/255149/WER9217.pdf?sequence=1

  10. wer9106.pdf [Internet]. [cité 30 sept 2018]. Disponible sur: http://www.who.int/wer/2016/wer9106.pdf

  11. Rougeole [Internet]. World Health Organization. [cité 30 sept 2018]. Disponible sur: http://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/measles

  12. World Health Organization. Global measles and rubella strategic plan: 2012-2020. [Internet]. 2012 [cité 11 oct 2018]. Disponible sur: http://apps.who.int/iris/bitstream/10665/44855/1/9789241503396%5Feng.pdf

  13. Orenstein WA, Hinman A, Nkowane B, Olive JM, Reingold A. Measles and Rubella Global Strategic Plan 2012–2020 midterm review. Vaccine. janv 2018;36:A1‑34.

  14. MODULE 1 – Histoire du développement des vaccins - Les bases de la sécurité des vaccins [Internet]. [cité 29 nov 2018]. Disponible sur: http://fr.vaccine-safety-training.org/histoire-du-developpement-des-vaccins.html

                  

Données des revues systématiques

               

/// DONNEES DES REVUES SYSTEMATIQUES

              

La revue systématique et méta-analyse de Higgins et al., publiée en 2016, évalue l’impact du vaccin contre la rougeole, le BCG et de le DTC sur la mortalité toute cause confondue chez les enfants de moins de 5 ans. 29 articles ont été inclus concernant les vaccins anti-rougeoleux (4 ECR, 23 études de cohortes et 2 études cas-témoins), la plupart proviennent de pays en développement. Les principaux résultats sont les suivants : [1]

  • La méta-analyse de 18 études observationnelles de cohorte (risque de biais considéré élevé) met en évidence une réduction statistiquement significative de la mortalité toute cause confondue par les vaccins anti-rougeoleux dans les 2 à 5 premières années de vie : RR = 0.51 [IC95% : 0.42-0.63]. Les résultats ne semblent pas liés uniquement aux décès évités par la rougeole.

  • Cependant, les données de 4 essais cliniques ne retrouvent pas de résultat significatif : RR = 0.74 [IC95%: 0.51-1.07] bien qu’ils semblent aller dans le même sens selon les auteurs.

Les auteurs concluent que la vaccination anti-rougeoleuse semble réduire la mortalité globale au-delà de son impact sur la prévention de la rougeole.

               

La revue systématique de Bester, publiée en 2016, fait une synthèse des données sur la rougeole en général et aborde ainsi en partie l’efficacité de la vaccination contre la rougeole. 7 revues systématiques, 15 revues, 15 études d’observation, 1 étude qualitative, 5 rapports épidémiologiques, 2 livres et les données de l’OMS et du CDC ont été inclus. Les principales informations fournies sont : [7]

  • Une dose de vaccin ROR est efficace à 95% contre la rougeole et 92% dans la prévention de la propagation de la rougeole aux contacts familiaux.

  • Deux doses du vaccin permet une séroconversion chez plus de 99% des enfants.

  • La rougeole peut être éliminée d’une population à condition qu’une couverture vaccinale avec 2 doses de vaccin soit appliquée à des taux entre 93% et 95% de la population.

  • Les épidémies peuvent persister dans les populations où moins de 10% sont vaccinés. C’est le cas actuel dans les pays avec une couverture vaccinale élevée en raison de cas importés, suivi d’une transmission dans des groupes de personnes sensibles non immunisées contre la rougeole.

L'auteur estime que la vaccination contre la rougeole est efficace, rentable et sans danger.

 Haut de page

La revue systématique Cochrane de Demicheli et al., publiée en 2012, évalue l’efficacité et les effets indésirables associés au vaccin ROR chez les enfants de moins de 15 ans. Les auteurs ont inclus 5 essais contrôlés randomisés (ECR), un essai clinique contrôlé, 27 études de cohorte, 17 études cas‐témoins, 5 essais de séries temporelles, un essai de cas croisés, 2 études écologiques, 6 études de séries de cas auto‐contrôlées soit un total d’environ 14.700.000 enfants.[2]

Les principaux résultats concernant l’efficacité sur la rougeole sont tirés de 3 études de cohortes : 

  • Une dose de vaccin ROR est efficace à au moins 95% sur la rougeole clinique chez les enfants d’âge préscolaire (une étude de cohorte, 2745 participants) ;

  • Une dose de vaccin ROR est efficace à 97.8% contre la rougeole confirmée au laboratoire chez les enfants scolarisés et adolescents (1 étude de cohorte, 184 participants) ;

  • Une et deux doses du ROR sont respectivement efficaces à 92% [IC95%: 67-98] et 95% [IC95%: 82-98%] pour la prévention des cas secondaires de rougeole dans les foyers (1 étude de cohorte, 175 participants).

                

La revue systématique de Uzicanin et al., publiée en 2011, étudie l’efficacité clinique des vaccins vivants atténués contenant la rougeole. 70 articles (cas-témoins, cohortes et étude de dépistage) comprenant 135 estimations ponctuelles de l’efficacité clinique des vaccins contre la rougeole ont été inclus, et les principaux résultats tirés sont : [3]

  • Pour une dose de vaccin administré après l’âge de 12 mois, l’efficacité médiane est de 92.0% [Écart interquartile 25-75e percentile : 88.0-96.0%] tous cas compris et de 92.5% [EIQ: 84.8-97.0] sur les cas confirmés en laboratoire. Les données d’efficacité sont plus faibles lorsque le vaccin est injecté entre 9 et 11 mois avec respectivement 77.0% [EIQ : 68.0-91.0] et 84% [EIQ: 72.0-95.0%].

  • Les données d’efficacité sont cependant variables en fonction des différentes régions OMS, allant de 88% en Afrique à 92% en Europe pour une dose de vaccin après 12 mois.

  • Pour deux doses de vaccin contenant le rougeole, l’efficacité médiane était de 94.1% [EIQ : 88.3-98.3%]  (8 études cas-témoins).

Les auteurs estiment que 2 doses de vaccin contre la rougeole offrent une excellente protection contre cette maladie.

 Haut de page

La méta-analyse de Sudfeld et al., publiée en 2010, évalue l’efficacité du vaccin contre la rougeole et du traitement par la vitamine A. 33 études au total ont été incluses (ECR, quasi ECR, études observationnelles).  Les principaux résultats concernant la vaccination sont : [4]

  • Une efficacité de 85% [IC95%: 83-87%] pour une dose du vaccin sur la prévention de la rougeole (3 ECR et deux quasi ECR).

  • Une efficacité de 43% [IC95% : 29-54%] du vaccin sur la mortalité toute causes confondues (13 études de cohorte et un ECR ; preuve faible niveau).

  • Une efficacité de 100% [absence d'IC] sur la mortalité spécifique à la rougeole (selon 2 ECR et 1 quasi ECR, aucun cas de décès lié à la rougeole n'est survenu dans le groupe vacciné).

  • Pour information, la méta-analyse de 6 ECR ne retrouvait pas d'efficacité de la vitamine A sur la mortalité liée à la rougeole. Cependant après stratification sur la dose, 2 doses de vitamine A présentent une efficacité significative sur la mortalité de 62%  [IC95%: 19-82%] (3 ECR)

Les auteurs concluent que le vaccin contre la rougeole est efficace dans la prévention de la mortalité chez l’enfant.

           

La revue systématique de Peltola et al., publiée en 2008, étudie l’impact du programme national de vaccination contre la Rougeole, les Oreillons et la Rubéole à partir de l’ensemble des données disponibles en Finlande depuis 25 ans. Les principaux points concernant l’efficacité vaccinale contre la rougeole sont : [5]

  • Dans les années 1970 avant l’introduction du programme de vaccination ROR en deux doses (initié en 1982), l’incidence annuelle de la rougeole était de 366 cas pour 100 000 habitants. En 1996, la rougeole a été éliminée de Finlande.

  • Entre 1997 et 2008, la Finlande a relevé 8 cas de rougeole et aucun n’était vacciné.

  • L’efficacité sérologique après une dose est de 99 %, mais les taux d’anticorps diminuent au cours des années .

Ainsi, en se basant sur les données des anciennes épidémies en Finlande et en tenant compte de la population actuelle de 5.4 millions d’habitants, les auteurs estiment éviter par la vaccination environ 38 181 cas, 7 300 hospitalisations, 115 décès, 2 300 pneumopathies et 40 encéphalites.

 Haut de page

Le revue systématique de Elliman et al., publiée en 2007, a pour but d’évaluer l’efficacité des vaccins monovalents et du vaccin trivalent ROR sur la rougeole, les oreillons et la rubéole. Concernant le vaccin anti-rougeole, un quasi ECR mené au Royaume-Uni (36 211 enfants), une vaste étude de cohorte rétrospective et plusieurs études observationnelles ont été inclus. Le vaccin ROR ou monovalent, comparé au placebo ou l’absence de vaccination, est associé : [6]

  • à une réduction du risque de rougeole selon l'ensemble des études incluses :

    • Le quasi ECR réalisé au Royaume-Uni retrouvait une efficacité globale de la vaccination élevée à 92% [IC95%: 86 -95] entre 1976 et 1990.

    • La vaste étude de cohorte rétrospective menée sur l’ensemble de la population des Etat-Unis entre 1985 et 1992 retrouve une réduction significative de la rougeole dans le groupe vacciné : le risque de contracter la rougeole était entre 4 et 170 fois plus élevé dans le groupe non vacciné (varie en fonction des groupes d'âge et de l'année).

    • Les données de l’OMS montrent une diminution importante des cas de rougeole rapportés passant de 4.5 millions en 1980 à 1.0 million en 2000. Parallèlement, la couverture vaccinale est passée de 10 à 80%.

  • à une réduction de la mortalité liée à la rougeole :

    • Une vaste étude de cohorte réalisée au Bengladesh (16 270 enfants âgées de 9 à 60 mois) retrouve une réduction de la mortalité avec RR = 0.54, [IC95%: 0.45-0.65] à 43 mois dans le groupe vacciné (vaccin vivant monovalent) par rapport au groupe non vacciné.

  • et à une réduction de pan-encéphalite sclérosante subaiguë selon une étude cas-témoin : OR = 0.25 [IC95% : 0.05-0.54] en cas d'antécédent de vaccination contre la rougeole.

La vaccination ROR est considérée efficace dans la prévention de la rougeole, des oreillons et de la rubéole.

  Haut de page

               

Sources 

  1. Higgins JPT, Soares-Weiser K, López-López JA, Kakourou A, Chaplin K, Christensen H, et al. Association of BCG, DTP, and measles containing vaccines with childhood mortality: systematic review. BMJ. 13 oct 2016;355:i5170. (Prisma ●●●●; Amstar ●●●)

  2. Demicheli V, Rivetti A, Debalini MG, Pietrantonj CD. Vaccines for measles, mumps and rubella in children. Cochrane Database of Systematic Reviews [Internet]. 2012 [cité 23 sept 2018];(2).  (Prisma ●●●○; Amstar ●●●)

  3. Uzicanin A, Zimmerman L. Field effectiveness of live attenuated measles-containing vaccines: a review of published literature. J Infect Dis. juill 2011;204 Suppl 1:S133-148. (Prisma ●●○○; Amstar ●○○)

  4. Sudfeld CR, Navar AM, Halsey NA. Effectiveness of measles vaccination and vitamin A treatment. Int J Epidemiol. avr 2010;39 Suppl 1:i48-55. (Prisma ●●●○; Amstar ●●○)

  5. Peltola H, Jokinen S, Paunio M, Hovi T, Davidkin I. Measles, mumps, and rubella in Finland: 25 years of a nationwide elimination programme. Lancet Infect Dis. déc 2008;8(12):796‑803. (Prisma ●○○○; Amstar ●○○)

  6. Elliman D, Sengupta N, El Bashir H, Bedford H. Measles, mumps, and rubella: prevention. BMJ Clin Evid [Internet]. 21 déc 2009 [cité 20 août 2018];2009. Disponible sur: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2907817/ (Prisma ●○○○; Amstar ●○○)

  7. Bester JC. Measles and Measles Vaccination: A Review. JAMA Pediatr. 01 2016;170(12):1209‑15. (Prisma ●○○○; Amstar ●○○)