Efficacité du vaccin contre le zona

                    

Efficacité du vaccin contre le zona

                    

Introduction

               

LES DIFFÉRENTS TYPES DE VACCIN
HISTORIQUE DE LA VACCINATION
IMMUNITÉ NATURELLE

                   

/// LES DIFFÉRENTS TYPES DE VACCIN

                   

Le vaccin vivant atténué

Il s’agit du seul vaccin ayant actuellement l’AMM en France. Il est produit sur cellules diploïdes humaines (lignée MRC 5) à partir de la souche OKA/Merck. [1] Il s'agit de la même souche que celle utilisée dans le vaccin contre la varicelle (Varivax®), mais dont le dosage est plus de dix fois supérieur, afin d'entraîner une immunité suffisante. [5]

               

Le vaccin recombinant à sous-unités (inerte)

Il est composé d’une protéine recombinante (glycoprotéine E) correspondant à l’antigène spécifique du Virus Varicelle-Zona. Elle est produite à partir de cellules d’ovaire de hamster chinois par la technique de l’ADN recombinant. Il est autorisé en Europe depuis mars 2018 mais n’est actuellement pas disponible en France. [2]

             Haut de page

             

/// HISTORIQUE DE LA VACCINATION

                     

Le vaccin Zostavax® a obtenu le 19 mai 2006 une autorisation de mise sur le marché européen pour la prévention du zona et des douleurs post-zostériennes chez les personnes âgées de 50 ans et plus.

En décembre 2006, le Conseil supérieur d'hygiène publique de France (CSHPF) avait considéré que dans l'état actuel des connaissances, la vaccination large par le vaccin contre le zona ne pouvait être recommandée. [4] 

Certaines des interrogations ont été levées les années suivantes : la disponibilité d’un vaccin mono-dose non congelé, une durée de protection mieux connue, une protection clinique du vaccin prouvée, le manque d’efficacité du traitement antiviral précoce sur les douleurs neuropathiques ont fait reconsidérer la vaccination anti-zona. C'est pourquoi le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP), dans son avis du 25 octobre 2013 recommande ainsi la vaccination (dose unique) contre le zona chez les adultes âgés de 65 à 74 ans révolus. [4]

L’entrée du vaccin anti-zona dans le calendrier des recommandations vaccinales s’est faite en 2016. [7]

              Haut de page

                  

/// IMMUNITÉ NATURELLE

               

La primo infection par le VZV est responsable de la varicelle. L’immunité naturelle ainsi produite est généralement à vie. La réapparition de la varicelle est peu commune chez les personnes en bonne santé, mais la réinfection subclinique est en revanche fréquente. [6]

Malgré la réponse immunitaire initiale permettant bien souvent la guérison sans séquelle, le virus VZV n’est jamais totalement éliminé de l’organisme. C’est ainsi que les événements de vie ou le vieillissement, provoquant une baisse de l’immunité cellulaire, permettent une réactivation du virus responsable du zona. [5] La récidive du zona est possible même après un premier épisode.

Une hypothèse, pour laquelle les données sont contradictoires, laisse penser que l’exposition répétée au virus de la varicelle aurait un effet stimulant (sortes de “rappels immunologiques”) sur l’immunité cellulaire. Elle permettrait ainsi de protéger contre les résurgences du virus, c'est à dire le zona. C’est pourquoi la mise en place d’une vaccination universelle contre la varicelle chez l’enfant pourrait augmenter le nombre de cas de zona transitoirement par diminution de l'exposition au virus de la varicelle. [3][4]

Haut de page

                      

Sources 

Littérature grise

  1. GuideVaccinations2012_Vaccination_contre_le_zona.pdf [Internet]. [cité 6 avr 2018]. Disponible sur: http://inpes.santepubliquefrance.fr/10000/themes/vaccination/guide-vaccination-2012/pdf/GuideVaccinations2012_Vaccination_contre_le_zona.pdf

  2. Vaccins - MesVaccins.net [Internet]. [cité 6 avr 2018]. Disponible sur: https://www.mesvaccins.net/web/vaccines?utf8=%E2%9C%93&name_or_disease=disease&search-by-name=&search-by-disease=33&search-by-age=&age_unit=ans&not_commercialized=true&include_foreigns=true&commit=Chercher

  3. doc_num.pdf [Internet]. [cité 6 avr 2018]. Disponible sur: http://opac.invs.sante.fr/doc_num.php?explnum_id=1424

  4. Rapport_HCSP_vaccination_adultes_avec_vaccin_Zostavax_25_10_2013.pdf [Internet]. [cité 7 avr 2018]. Disponible sur: https://www.mesvaccins.net/textes/Rapport_HCSP_vaccination_adultes_avec_vaccin_Zostavax_25_10_2013.pdf

  5. La vaccination contre le zona recommandée de 65 à ... - MesVaccins.net [Internet]. [cité 6 avr 2018]. Disponible sur: https://www.mesvaccins.net/web/news/4961-la-vaccination-contre-le-zona-recommandee-de-65-a-79-ans

  6. wer8925.pdf [Internet]. [cité 8 avr 2018]. Disponible sur: http://www.who.int/wer/2014/wer8925.pdf

  7. Calendrier_vaccinal_2016.pdf [Internet]. [cité 8 avr 2018]. Disponible sur: https://pro.mesvaccins.net/textes/Calendrier_vaccinal_2016.pdf

                   

Efficacité du vaccin

                   

LES ESSAIS RANDOMISES DE REFERENCE : SPS ET ZEST
L'étude SPS (Shingles Prevention Study)
Les études de suivi (STPS et LTPS) : estimation de la durée de protection
L'étude ZEST (Zoster Efficacy and Safety Trial)
L'AVIS DES INSTITUTIONS
LES DONNEES DES REVUES SYSTEMATIQUES

                  

/// LES Essais randomises de reference : sps et zest

               

La plupart des institutions et études scientifiques se sont basées sur les résultats de deux études, SPS (Shingles Prevention Study) et ZEST (Zoster Efficacy and Safety Trial) que nous avons donc détaillés ci-dessous à partir des multiples références.

tableau global

                    

L'étude SPS (Shingles Prevention Study)

                 

L'évaluation de l'efficacité provient de l’étude SPS (Shingles Prevention Study) réalisée aux Etats-unis en 2004 : il s’agit d’une étude de phase III, multicentrique, randomisée, en double insu et en intention de traiter portant sur plus de 38.000 sujets de plus de 60 ans. Ces principaux résultats, basés sur une période médiane de suivi de 3.1 ans, sont : [1][2][3][5]

  • CONCERNANT LE FARDEAU LIE A LA MALADIE

    • Sur le score de sévérité du zona : une réduction de 61.1% [IC95 % : 51.1-69.1] du “fardeau lié à la maladie”. [5]

          

  • CONCERNANT LE ZONA

    • Sur l'incidence du zona : efficacité vaccinale de 51.3% [IC95% : 44.2-57.6] avec une médiane de suivi de 3.1 ans.  Cela correspond à la nécessité de vacciner 50 sujets pour éviter un cas de zona (preuve de qualité modérée) [9]. Cependant, cette efficacité tend à diminuer avec l’âge :

      • Chez les sujets de 60 à 70 ans, l’efficacité est de 63.9% [IC95%: 55.5-70.9].

      • Chez les sujets de plus de 70 ans, l’efficacité est de 37.6% [IC95 %: 25.0-48.1]

      • Chez les sujets de plus de 80 ans, l’efficacité chute à 18% [6] 

    • Sur la durée du zona : efficace avec une durée médiane des douleurs associées au zona (d’intensité ≥ 3/10) qui a été diminuée de 2 jours dans le groupe vacciné (20 versus 22 jours ; p<0,001).[8]

    • Sur l’impact du zona sur la vie quotidienne : Aucune différence n’a été observée avec RR = 0.63 [IC95% : 0.34-1.16]. [8][10]

                

  • CONCERNANT LES DOULEURS POST-ZOSTERIENNES (DPZ)

    • Sur la prévention globale des DPZ  :

      • Efficacité de 66.5 % [IC95%: 47.5-79.2] sur les DPZ de toutes durées.

      • Efficacité de 69% [IC95% : 46-82%] sur la prévention des DPZ de plus de 3 mois. Cette efficacité reste significative quels que soient le sexe, l’âge et le critère de durée des DPZ. [12]

    • Sur l'incidence des DPZ suite à l'apparition d'un zona : efficacité de 39% [IC95%: 7-59] (selon une analyse post hoc réalisée par la FDA). Contrairement à l'efficacité sur l'incidence du zona, cette réduction des DPZ est plus importante chez les sujets les plus âgés : [8]

      • De 60 à 69 ans, l'efficacité est non significative avec une réduction de 5% [IC95%:-107 ; 56].

      • De 70 à 79 ans, l'efficacité est de 55% [IC95%: 18-76]. Elle devient non significative au-délà de 80 ans.

      • Cependant, ce résultat n'est pas en accord avec la revue systématique cochrane de Chen et al., retrouvant un résultat non significatif RR=0.64 [IC95%: 0.39-1.09].

Haut de page

Les études de suivi (STPS et LTPS) : estimation de la durée de protection

La durée de protection est mal connue. C'est pourquoi, deux sous-études de suivi de l'étude de SPS ont été réalisées afin d'étudier la persistance de l'efficacité vaccinale : la sous-étude de persistance à court terme (STPS) et la sous-étude de persistance à long terme (LTPS). Elles évaluent respectivement l’effet de la vaccination anti-zona à 4-7 ans puis 7-10 ans post-vaccination. Les données de persistance de la protection montrent que l’efficacité vaccinale diminue avec le temps.

                 

Les études de surveillance (STPS et LTPS) ont montré une diminution de l’efficacité du vaccin sur l'ensemble des paramètres :

  • Entre 3.3 et 7.8 ans de suivi post-vaccination (STPS) : [11]

    • L’efficacité sur le “fardeau de la maladie” était de 50.1% [IC95% : 14.1-71.0]. L’efficacité diminuait progressivement et devenait non significative à la 6e année post-vaccination : 23.6% [IC95% : -58.1 à 36.1].

    • L’efficacité sur l’incidence du zona était de 39.6% [IC95% : 18.2-55.5], avec une diminution progressive de la première à la 5e année pour devenir non significatif à la 6e année.

    • L’efficacité sur l’incidence des DPZ était non significative : 60.1% [IC95% : -9.8 à 86.7].

  • Entre 4.7 et 11.6 ans de suivi post-vaccination (LTPS - 6867 sujets) : [4][5][11]

    • L’efficacité sur le “fardeau de la maladie” était de 37.3% [IC95% : 26.7-36.4], elle diminuait progressivement et devenait non significative à la 11e année post vaccination.

    • L’efficacité sur l’incidence du zona était de 21.1% [IC95% : 10.9-30.4], avec une perte de significativité dès la 8e année.

    • L’efficacité sur l’incidence des DPZ était de 35.4% [IC95% : 8.8-55.8%].

            

Le tableau montre les résultats d’efficacité 4 à 11 ans suite au vaccin anti-zona selon l’âge :

             

La comission de transparence de l'HAS [8] émet des réserves concernant l'étude SPS : critère de jugement principal critiquable, utilisation de critères subjectifs et doute sur l'efficacité à long terme. Dans la sous-étude STPS, les données de l’efficacité vaccinale ramenées par année post-vaccination montrent une tendance à des résultats non significatifs dès la 5e année pour la plupart des critères. D’autres données, comme l’effet et l'intérêt d’une revaccination et le délai éventuel de celle-ci restent actuellement inconnues. [5] 

Haut de page

L'étude ZEST (Zoster Efficacy and Safety Trial)

Concernant l’efficacité du vaccin vivant atténué chez l’adulte âgé de 50 à 59 ans, les données présentées par l’HCSP proviennent de l’étude ZEST de 2010 (Zoster Efficacy and Safety Trial). Il s’agit d’une étude multicentrique, randomisée, en double aveugle, contre placebo sur plus de 22.000 sujets. Elle a été réalisée en Amérique du Nord et en Europe entre 2007 et 2010. Le critère de jugement principal était l'incidence du zona, le suivi médian était de 1,3 ans. L’efficacité protectrice du vaccin contre l’incidence du zona était de 69,8 % [IC95%: 54.1-80.6]. [5]

Haut de page

                     

/// avis des institutions

                   

Institutions françaises

Selon Santé publique France et le Haut Conseil de Santé Publique, le vaccin vivant atténué (Zostavax) a prouvé son efficacité chez les plus de 60 ans.[5] Les données du rapport de l'HCSP publiées en octobre 2013, à l'origine de la recommandation du vaccin vivant atténué, reprennent les résultats des études SPS et ZEST présentées ci-dessus. Le ratio coût-efficacité parait acceptable par rappport aux seuils généralement admis. Compte tenu du fardeau de la maladie et d'une meilleure efficacité chez les sujets plus jeunes, le choix du HCSP est de recommander la vaccination dès 65 ans. En outre, il n’existe à ce jour aucune alternative satisfaisante ni préventive, ni thérapeutique.

             

La Haute Autorité de Santé, à travers sa commission de transparence d’octobre 2014, estime que le service médical rendu par le vaccin vivant atténué (Zostavax) est modéré dans la prévention du zona et des DPZ compte tenu : [8]

  • de l’efficacité modeste sur l’incidence du zona dans les populations recommandées.

  • de l’absence de bénéfice sur le retentissement des activités de la vie quotidienne.

  • de la diminution de la protection vaccinale avec l’âge et au cours du temps, qui devient incertaine au-delà de 5 ans post-vaccination.

  • la contre-indication de la vaccination en cas d’immunodépression, sujets pourtant les plus à risque de formes graves de zona.

 En plus des données de l’étude SPS et ZEST prises en compte, 3 études observationnelles réalisées de façon rétrospective à partir de bases de données américaines sont présentées :

  • Une étude (Tseng et al.) sur plus de 300 000 sujets immunocompétents > 60 ans dont 75761 vaccinés retrouve une efficacité vaccinale de 55% [IC95% : 52-58] sur l’incidence du zona et de 63% [IC95%: 39-77] sur le zona ophtalmique.

  • Une étude (Langan et al.) sur plus de 766 000 sujets immunocompétents ou immunodéprimés de > 65 ans dont 29 785 vaccinés retrouve une efficacité vaccinale de 48% [IC95%: 39-56] sur l’incidence du zona.

  • Une étude (Zhang et al.) sur plus de 463 000 sujets présentant une maladie auto-immune > 60 ans dont 18 683 vaccinés retrouve une  efficacité vaccinale de 39% [IC95%: 29-48] sur l’incidence du zona.

Haut de page

Institutions étrangères

Le CDC, en 2015, utilise également les données de l’étude SPS pour ses recommandations.[6] Le vaccin a été approuvé à partir de l’âge de 50 ans par la FDA en 2011. Cependant, il est précisé qu’il n’est pas recommandé de vacciner avant l’âge de 60 ans étant donné le faible risque de zona dans cette catégorie d’âge. Le schéma vaccinal se fait également à partir d’une dose unique. 

Haut de page

Institutions mondiales 

L’OMS, à travers son Relevé Epidémiologique Hebdomadaire de Juin 2014, confirme l’efficacité du vaccin : [7]

  • En plus des résultats de l’étude SPS repris, des données post-homologations dont une vaste cohorte de plus de 766 000 individus de 65 ans et plus viennent corroborer l’utilité du vaccin. On y retrouve des résultats proches de l’étude SPS :

    • Une efficacité de 48% contre l’incidence du zona et de 59% contre les DPZ après 65 ans.

    • Une efficacité plus importante dans la prévention du zona ophtalmique (63%) et des hospitalisations imputables au zona (65%).

    • Une efficacité de 37% [IC95%: 6-58%] chez des patients immunodéprimés atteints d’une leucémie, d’un lymphome ou d’une infection à VIH.

Cependant, l'OMS émet plusieurs réserves quant à son emploi systématique : 

  • Concernant la durée de protection du vaccin, les données sont insuffisantes.

  • Il existe un début de preuve d’un affaiblissement de la protection au cours du temps, ainsi que des incertitudes concernant l’âge optimal de la vaccination et le rôle potentiel d’une dose de rappel.

  • Le rapport coût/efficacité semble favorable lorsque le vaccin est administré à l’âge de 65-70 ans environ.

  • La charge du zona est mal connue dans la plupart des pays.

Ainsi l’OMS ne propose actuellement pas de recommandation pour l’emploi systématique du vaccin anti-zona. Néanmoins, certains pays subissant un vieillissement de leur population, pourraient décider d’introduire la vaccination systématique s’ils considèrent le programme comme bénéfique.  

Haut de page

                              

/// DONNéES des REVUES SYSTEMATIQUES 

                 

La recherche systématique avait uniquement pour objet les données d’efficacité du vaccin vivant atténué (Zostavax), seul vaccin disponible en France actuellement. Les études concernant le vaccin recombinant inerte ont été excluses.

                   

La méta-analyse de Tricco et al., publiée en octobre 2018, étudie l'efficacité et la sécurité des vaccins contre le zona chez les sujets de plus de 50 ans. 27 études (dont 22 essais cliniques randomisés) sur 2 044 504 patients ont été incluses dans la revue systématique. Les principaux résultats, concernant le vaccin vivant atténué contrôlé contre placebo, sont les suivants : [14]

  • Pas de différence significative sur l’incidence du zona confirmé au laboratoire selon la méta-analyse de 3 ECR (61 294 sujets).

  • Efficacité vaccinale de 39% [IC95%: 7-52%] sur les cas de zona suspectés selon la méta-analyse de 5 ECR (62 529 sujets).

  • Pas de différence significative sur le zona ophtalmique selon un ECR sur 309 sujets.

  • Efficacité vaccinale de 66% [IC95% : 49-79%] sur les névralgies post-zostériennes selon un ECR (38 546 sujets) en intention de traiter.

Les auteurs, qui ont également analysé l’efficacité du nouveau vaccin contre le zona (vaccin sous-unitaire recombinant) estime que ce dernier est probablement supérieur au vaccin vivant atténué, mais comporte également un risque plus élevé d’effets indésirables locaux.

 

            

La revue systématique de Ferahta et al., publiée en 2016, évalue l’efficacité, la sécurité et le rapport coût/bénéfice des vaccins contre le zona chez les sujets de plus de 50 ans. 62 études ont été incluses (21 ECR, 21 études observationnelles, 17 études médico-économiques). Les principales conclusions sont : [10]

  • Deux ECR de grandes ampleurs ont permis au vaccin vivant atténué d’obtenir l’AMM : l'étude SPS (Shingles Prevention Study) et l’étude ZEST (Zostavax efficacy and Safety Trial) détaillées ci-dessus. Cette efficacité vaccinale a été confirmée par plusieurs autres études observationnelles suite à l’autorisation du vaccin dans la population générale.

  • La durée de la protection vaccinale est estimée par les études STPS (Short-Term Persistence Substudy) et LTPS (Long-Term Persistence Substudy) détaillées ci-dessus. Celle-ci diminue graduellement avec le temps et le vieillissement des patients. La nécessité d’une dose de rappel n’est pas établie.

  • En France, la stratégie de vaccination la plus rentable (rapport coût-efficacité) est la vaccination des sujets âgés de 70 ans, comparable aux autres études européennes et américaines.

Les auteurs concluent que malgré les controverses et quelques incertitudes, le vaccin vivant atténué diminue significativement l’incidence du zona et ses complications dont les DPZ. En terme de santé publique, elle diminue le fardeau de la maladie et a un impact médico-économique positif.

                    

La revue systématique Cochrane de Gagliardi et al., publiée en 2016, évalue l’efficacité et l'innocuité du vaccin contre le zona chez les personnes âgées de plus de 60 ans. 13 essais cliniques randomisés ont été inclus sur 69.916 participants. [9]  Sur les 10 ECR inclus pour le vaccin vivant atténué, une seule étudie son efficacité : l’étude SPS (Shingles Prevention Study) déjà détaillée préalablement. La revue apporte cependant une information complémentaire : en considérant une période de suivi de 5 ans, les estimations retrouvent toujours une incidence du zona diminuée dans le groupe vacciné avec RR = 0.50 [IC95%: 0.44-0.56]. Les auteurs concluent que la vaccination est efficace dans la prévention du zona chez les personnes âgées, avec une protection d’au moins 3 ans après la vaccination (niveau de preuve modéré).

Haut de page

La revue systématique de Cook et al., publiée en  2014, étudie essentiellement l’évolution de l’efficacité du vaccin vivant atténué au cours du temps. 6 ECR ont été inclus. Les résultats de la revue sont issus des études SPS, STPS et LTPS déjà détaillées ci-dessus.[11] Les auteurs concluent que l’efficacité initiale du vaccin est significative contre le zona et ses complications. Elle diminue progressivement dès la deuxième année. Ils estiment que les patients doivent être informés que ce vaccin perd une protection significative après 5 à 8 ans. Cela soulève la question de la nécessité d’une revaccination possible avec le vaccin contre le zona.

                 

La revue systématique Cochrane de Chen et al., publiée en  2011, étudie l’efficacité du vaccin vivant atténué contre le zona dans la prévention des névralgies post-zostériennes (NPZ). Un seul ECR a été inclu et correspond de nouveau à l’étude SPS.[12] En plus des résultats déjà cités concernant les DPZ (définies comme des douleurs > 120 jours après l’éruption avec une EN > 3/10), les auteurs ont évalué l’efficacité du vaccin dans la prévention des NPZ chez les patients qui ont fait un zona (ce qui permet de ne pas prendre en compte l’effet du vaccin sur l’incidence du zona). Celle ci n’est pas significative: RR = 0.64 [IC95% : 0.38-1.09]. Les auteurs concluent que les preuves sont insuffisantes pour établir l’efficacité du vaccin dans la prévention des NPZ au-delà de ses effets sur la réduction du zona. Cependant, son efficacité sur la réduction de l’incidence du zona réduit par conséquence l’incidence des NPZ chez les sujets de plus de 60 ans.

                     

La revue systématique de Watson, publiée en 2010, étudie l’efficacité de différentes interventions (antalgiques, antiviraux, traitement locaux) dont la vaccination contre le zona sur les douleurs post-zostériennes (DPZ). [13] Sur les 41 études incluses, un seul ECR étudie l’efficacité de la vaccination : l’étude SPS. Aucune information supplémentaire n’est apportée. Les auteurs concluent en l'intérêt préventif du vaccin contre le zona étant donné la difficulté de prévenir et de traiter les DPZ avec les autres moyens thérapeutiques. Toutefois, le vaccin n’est pas destiné au traitement du zona aigu ni de la DPZ.

Haut de page

                    

Sources

       Littérature grise

  1. GuideVaccinations2012_Vaccination_contre_le_zona.pdf [Internet]. [cité 6 avr 2018]. Disponible sur: http://inpes.santepubliquefrance.fr/10000/themes/vaccination/guide-vaccination-2012/pdf/GuideVaccinations2012_Vaccination_contre_le_zona.pdf

  2. Vaccins - MesVaccins.net [Internet]. [cité 6 avr 2018]. Disponible sur: https://www.mesvaccins.net/web/vaccines?utf8=%E2%9C%93&name_or_disease=disease&search-by-name=&search-by-disease=33&search-by-age=&age_unit=ans&not_commercialized=true&include_foreigns=true&commit=Chercher

  3. Zona [Internet]. [cité 6 avr 2018]. Disponible sur: http://vaccination-info-service.fr/Les-maladies-et-leurs-vaccins/Zona

  4. La vaccination contre le zona recommandée de 65 à ... - MesVaccins.net [Internet]. [cité 6 avr 2018]. Disponible sur: https://www.mesvaccins.net/web/news/4961-la-vaccination-contre-le-zona-recommandee-de-65-a-79-ans

  5. Rapport_HCSP_vaccination_adultes_avec_vaccin_Zostavax_25_10_2013.pdf [Internet]. [cité 7 avr 2018]. Disponible sur: https://www.mesvaccins.net/textes/Rapport_HCSP_vaccination_adultes_avec_vaccin_Zostavax_25_10_2013.pdf

  6. varicella.pdf [Internet]. [cité 7 avr 2018]. Disponible sur: https://www.cdc.gov/vaccines/pubs/pinkbook/downloads/varicella.pdf

  7. wer8925.pdf [Internet]. [cité 8 avr 2018]. Disponible sur: http://www.who.int/wer/2014/wer8925.pdf

  8. CT-13478_ZOSTAVAX_PIC_Ins_Avis3_CT13478.pdf [Internet]. [cité 10 avr 2018]. Disponible sur: https://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/evamed/CT-13478_ZOSTAVAX_PIC_Ins_Avis3_CT13478.pdf

    Revues systématiques 

  9. Gagliardi AM, Andriolo BN, Torloni MR, Soares BG. Vaccines for preventing herpes zoster in older adults. In: The Cochrane Library [Internet]. John Wiley & Sons, Ltd; 2016 [cité 8 avr 2018]. (Prisma ●●●●; Amstar ●●●)

  10. Ferahta N, Achek I, Dubourg J, Lang P-O. [Vaccines against Herpes zoster: Effectiveness, safety, and cost/benefit ratio]. Presse Med. févr 2016;45(2):162‑76.  (Prisma ●●○○; Amstar ●●○)

  11. Cook SJ, Flaherty DK. Review of the Persistence of Herpes Zoster Vaccine Efficacy in Clinical Trials. Clinical Therapeutics. 1 nov 2015;37(11):2388‑97. (Prisma ●●○○; Amstar ●○○)

  12. Chen N, Li Q, Zhang Y, Zhou M, Zhou D, He L. Vaccination for preventing postherpetic neuralgia. In: The Cochrane Library [Internet]. John Wiley & Sons, Ltd; 2011 [cité 8 avr 2018].  (Prisma ●●●●; Amstar ●●●)

  13. Watson PN. Postherpetic neuralgia. BMJ Clin Evid. 8 oct 2010;2010. (Prisma ●●○○; Amstar ●●○○)

  14. Tricco AC, Zarin W, Cardoso R, Veroniki A-A, Khan PA, Nincic V, et al. Efficacy, effectiveness, and safety of herpes zoster vaccines in adults aged 50 and older: systematic review and network meta-analysis. BMJ. 25 oct 2018;363:k4029. (Prisma ●●●●; Amstar ●●●)