Imprimer

Rougeole

                                            

L'AGENT PATHOGÈNE
SYMPTÔMES ET GRAVITÉ
EPIDÉMIOLOGIE
COUVERTURE VACCINALE

                                                   

/// Agent pathogène

                                            

    La rougeole est due à un virus du genre Morbillivirus de la famille des virus Paramyxoviridae. Elle se transmet surtout par voie aérienne à partir des secrétions naso-pharyngées, et plus rarement par des objets contaminés par ces sécrétions.[2] Le virus reste contagieux dans l'air jusqu'à 2h après qu'une personne quitte le lieu. [3] La durée d'incubation est de 10 à 12 jours.[6]

    Le réservoir du virus est humain (on peut donc espérer éliminer la rougeole d’un pays grâce à une vaccination généralisée et à terme éradiquer la maladie à l’échelle mondiale).[2]  

    La rougeole est une maladie extrêmement contagieuse : sur 10 personnes non protégées exposées à la rougeole, 9 vont contracter la maladie.[3] Il n'existe pas de porteur sain, le sujet est toujours symptomatique. [9] On estime qu'un sujet contaminé peut infecter entre 15 et 20 personnes. [5] Avant la vaccination, 90% des enfants contractaient la rougeole avant l'âge de 15 ans.[10] La rougeole confère une immunité à vie. [9]

                                     

                             

/// Symptômes et gravité

                                    

Symptômes

    A la fin de la période d'incubation, les premiers signes de la rougeole apparaissent lors de la phase prodromique (de 4 jours) associant une forte fièvre, une toux, une rhinorrhée, une conjonctivite, un malaise général avec asthénie. Trois à quatre jours après, apparaît le rash maculo-papuleux (débutant à la face puis s'étendant sur le tronc et les membres). Associé à ce rash, le signe pathognomonique de Koplik (taches blanchâtres sur la muqueuse buccale) peut être observé. Les malades sont estimés contagieux 4 jours avant à 4 jours après le rash.[3], [8] La plupart des personnes atteintes guérissent en 2 à 3 semaines.[5]

                              

Gravité

Dans les pays en voie de développement , la rougeole est à l’origine de complications graves et fréquentes, avec une létalité élevée entre 5 et 15 %.[2], [8]

                                       

Dans les pays industrialisés, les principales complications de la rougeole sont les otites (7 à 9 %) et les pneumopathies (1 à 6 %). Les complications neurologiques (encéphalite, cécité) surviennent entre 0.5 et 1 pour 1000 cas de rougeole (dont la plupart gardent des séquelles neurologiques). La panencéphalite sclérosante subaiguë (PESS) survient en moyenne huit ans après l’épisode aigü avec une fréquence d’environ 1/100 000 cas de rougeole. Dans ces pays, 10 à 30% des cas de rougeole sont hospitalisés et 1 à 2 cas pour 1000 cas de rougeole vont décéder d'une complication pulmonaire ou neurologique.[2], [3], [8], [10]

                                                                  

Les personnes à risque de complications graves sont : [3]

                                                    

                                                          Haut de page

/// Épidémiologie 

                                               

En France

    Avant la mise en œuvre de la vaccination pour les nourrissons contre la rougeole en 1983, plus de 500 000 cas survenaient en moyenne chaque année (dont 15 à 30 décès). Au début des années quatre-vingt, entre 10 et 30 encéphalites aiguës et un nombre similaire de PESS étaient recensés. [2]

    La rougeole a été surveillée par le réseau de médecins généralistes Sentinelles (unité Inserm 707) de 1986 à 2006. Depuis 2005, la rougeole est réinscrite sur la liste des maladies à déclaration obligatoire (DO).[2]

Epidemie rougeole    Alors qu'en 2006 et 2007 on dénombrait une quarantaine de cas chaque année, une épidémie a débuté en 2008 avec une évolution en plusieurs vagues (dont un pic en 2011 avec plus de 14'000 cas). [2]

 

    Ainsi, du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2017, plus de 24 000 cas de rougeole ont été déclarés en France (dont près de 15 000 cas pour l'année 2011). Près de 1 500 cas ont présenté une pneumopathie grave, 38 une complication neurologique (35 encéphalites, 1 myélite, 2 Guillain-Barré) et 20 sont décédés (en ajoutant les données de l'Inserm CépiDC).  [6]

    Alors qu’une diminution du nombre de cas a eu lieu de 2012 à 2016, une recrudescence est constatée depuis novembre 2017, avec 2805 cas déclarés jusqu’en octobre 2018 (épidémie en Nouvelle-Aquitaine) :  89% des cas de rougeole sont survenus chez des sujets non ou mal vaccinés. 3 décès ont eu lieu depuis début 2018. L'incidence la plus élevée concernait des sujets de moins de 1 an (30.7 cas / 100 000 habitants) [6]

 

    Depuis le début de l’épidémie, la plupart des décès surviennent chez des individus de moins de 30 ans présentant un déficit immunitaire congénital ou acquis. Le déplacement de la maladie vers des âges plus élevés est dû au niveau insuffisant de la couverture vaccinale et à la diminution de la circulation du virus (diminuant la probabilité de contracter la rougeole pendant l'enfance chez les non vaccinés). La proportion de cas de plus de 10 ans est passée de 13 % en 1985 à 62 % en 2002.[6] En 2010, parmi les cas pour lesquels le statut vaccinal était documenté, 3 % avaient reçu deux doses, 13 % avaient reçu une seule dose et 82 % n’étaient pas vaccinés contre la rougeole.[2]

                          

Dans le monde

    En 1980, le nombre de cas rapportés était de 4 211 431 et on estimait à 2.6 millions le nombre de décès par an. Le nombre de cas rapportés en 2017 de rougeole est de 173 330. Le nombre réel est bien plus important puisque l'OMS estime que la rougeole est responsable chaque année de près de 200 000 décès d'enfant, hormis en 2016 où l'on serait passé sous la barre des 100 000 décès.  [1], [5], [10], [11]

    Aux Etats-Unis, 549 000 cas de rougeole dont 495 décès étaient rapportés en 1963 avant l'introduction de la vaccination (mais le nombre de cas réel est estimé entre 3 et 4 millions). En 2000, la rougeole a été déclarée éradiquée aux Etats-Unis. Depuis, la plupart des cas sont importés depuis l'étranger chez des individus non vaccinés. [3]

    Le groupe spécial international pour l’éradication des maladies (ITFDE) a jugé que « l’éradication de la rougeole était biologiquement possible, avec les outils dont on dispose actuellement, comme cela a déja été démontré dans les Amériques...». L’éradication de la poliomyélite étant proche de l’achèvement, le prochain objectif d'éradication pourrait être celui de la rougeole et de la rubéole dans le Plan d’action mondial pour les vaccins.[9] L'objectif serait d'éliminer la rougeole en 2020 dans 5 des 6 régions de l'OMS. [10]

                                   

                                       Haut de page 

/// Couverture vaccinale

                             

En France

En 2016, 90.3% des enfants de 24 mois ont reçu au moins une dose de vaccin contre la rougeole et 80.1% ont reçu les deux doses. Lors de l'année scolaire 2014-2015, 93.2% des enfants âgés de 11 ans avaient reçu les deux doses de vaccin [IC 95% : 92.3 à 94.1].[7]

                                             

Dans le monde

On estime qu'en 2017, 85% de la population a reçu au moins une dose de vaccin contre la rougeole et 67% deux doses.[1] En 2016, 164 pays ont inclu une seconde dose de vaccin contre la rougeole dans leur calendrier vaccinal.[4]

                                     

=> voir l'efficacité du vaccin contre la rougeole

                        

                                  Haut de page

Sources

  1. gs_gloprofile.pdf [Internet]. [cité 29 juill 2017]. Disponible sur: http://www.who.int/immunization/monitoring_surveillance/data/gs_gloprofile.pdf

  2. GuideVaccinations2012_Vaccination_contre_la_rougeole.pdf [Internet]. [cité 29 juill 2017]. Disponible sur: http://inpes.santepubliquefrance.fr/10000/themes/vaccination/guide-vaccination-2012/pdf/GuideVaccinations2012_Vaccination_contre_la_rougeole.pdf

  3. Measles | For Healthcare Professionals | CDC [Internet]. 2017 [cité 29 juill 2017]. Disponible sur: https://www.cdc.gov/measles/hcp/index.html

  4. OMS | Couverture vaccinale [Internet]. WHO. [cité 29 juill 2017]. Disponible sur: http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs378/fr/

  5. rougeole [Internet]. [cité 29 juill 2017]. Disponible sur: http://vaccination-info-service.fr/Les-maladies-et-leurs-vaccins/rougeole

  6. Rougeole / Maladies à prévention vaccinale / Maladies infectieuses / Dossiers thématiques / Accueil [Internet]. [cité 29 juill 2017]. Disponible sur: http://invs.santepubliquefrance.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Maladies-a-prevention-vaccinale/Rougeole

  7. Rougeole, rubéole, oreillons / Données / Couverture vaccinale / Maladies à prévention vaccinale / Maladies infectieuses / Dossiers thématiques / Accueil [Internet]. [cité 29 juill 2017]. Disponible sur: http://invs.santepubliquefrance.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Maladies-a-prevention-vaccinale/Couverture-vaccinale/Donnees/Rougeole-rubeole-oreillons

  8. wer7914measles_April2004_position_paper.pdf [Internet]. [cité 29 juill 2017]. Disponible sur: http://www.who.int/immunization/wer7914measles_April2004_position_paper.pdf

  9. wer9106.pdf [Internet]. [cité 29 juill 2017]. Disponible sur: http://www.who.int/wer/2016/wer9106.pdf

  10. WHO | Measles [Internet]. WHO. [cité 29 juill 2017]. Disponible sur: http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs286/en/

  11. WHO World Health Organization: Immunization, Vaccines And Biologicals. Vaccine preventable diseases Vaccines monitoring system 2017 Global Summary Reference Time Series: MEASLES [Internet]. [cité 29 juill 2017]. Disponible sur: http://apps.who.int/immunization_monitoring/globalsummary/timeseries/tsincidencemeasles.html

                             

Affichages : 937