Infections Invasives à Pneumocoque

                                                          

LE PATHOGÈNE
SYMPTÔMES ET GRAVITÉ
EPIDÉMIOLOGIE
COUVERTURE VACCINALE

                                                                 

/// Le pathogène

                                               

    Streptococcus Pneumoniae est un germe commensal du rhino-pharynx, surtout chez l’enfant. Il se transmet par voie aérienne, par contact direct et étroit avec une personne infectée ou porteuse. Le principal réservoir est représenté par les nourrissons et les enfants. Les cas sont le plus souvent sporadiques, mais des flambées épidémiques peuvent éclater au sein de populations confinées.[9] Les infections à pneumocoques surviennent préférentiellement en hiver et au début du printemps. [7]

    La capsule polyosidique du pneumocoque est un facteur de virulence. En fonction de la composition de cette capsule, on peut définir > 90 sérotypes pneumococciques distincts. Cependant, seuls quelques sérotypes sont responsables de la majorité des infections. Avant la mise en place de la vaccination, seuls 6 à 11 sérotypes étaient responsables de 70% des infections invasives à pneumocoque. En général, l’immunité consécutive à une infection est spécifique du sérotype en cause, mais on peut observer une protection croisée entre sérotypes apparentés.[9]

                                                              

                                                           

/// Symptômes et gravité

                                                 

Le pneumocoque est responsable de plusieurs tableaux cliniques : [2], [9]

  • Les otites à pneumocoque surviennent principalement entre 6 mois et 3 ans (au moins 30 % des otites seraient dues au pneumocoque).

  • Les sinusites aiguës de l’adulte : le pneumocoque est retrouvé dans 25 % des cas.

  • Les infections respiratoires basses : le pneumocoque est la première cause de pneumopathie bactérienne communautaire, responsable de la pneumopathie franche lobaire aiguë. Le risque d’infection pulmonaire augmente régulièrement dès l’âge de 40 ans et est particulièrement élevé chez les patients âgés. La létalité est évaluée entre 5 et 15 % et est plus élevée dans les pneumopathies bactériémiques où la mortalité atteint 25 %.

  • Les méningites : le pneumocoque est à l’origine de près de la moitié des méningites bactériennes tous âges confondus (depuis la diminution des méningites à Haemophilus B) ; il est la première cause avant l’âge de 1 an et chez l'adulte. La mortalité est estimée à 10 % (jusque 50% dans les pays en développement) et les séquelles neuro-psychiques précoces à 30 %.

     

Les facteurs de risque d'infection sévère à pneumocoque sont l'immunodépression, l'éthylisme, le tabagisme, la splénectomie, la drépanocytose et l'âge avancé.[2], [9]

                   

On parle d'infections invasives quand la bactérie touche un site normalement stérile : sang (bactériémie), méninge (méningite) et articulation (arthrite). [3]             

                                                                 

                                                   Haut de page

/// Épidémiologie

                                       

En France

     En France, les infections pneumococciques sont surveillées par le Centre national de référence des pneumocoques (CNRP), le réseau de laboratoire Epibac et un réseau de pédiatres hospitaliers.[2]

Pneumo incidence age

On estime que, chaque année, le pneumocoque est responsable de :

  • 6000 à 7 000 cas d’infections bactériémiques et 600 à 700 cas de méningites à pneumocoque. L’incidence de ces infections est particulièrement élevée chez les jeunes enfants et les personnes âgées. Après l'introduction de la vaccination anti-pneumococcique, la diminution des infections liées aux sérotypes vaccinaux n'a été que transitoire. L'effet de remplacement des sérotypes responsables des infections invasives a nécessité l'élargissement des valences vaccinales (vaccin conjugué à 13 valences chez l'enfant de < 2ans, contre 7 valences précédemment).[2], [3], [5], [10]

  • L’incidence des pneumopathies se situe entre 100'000 et 120'000 cas par an avec un nombre de décès compris entre 3'500 et 11'000 (essentiellement chez les sujets âgés) ;

  • L’incidence des otites serait de 200'000 ;

  • Et le total des cas annuels d’infections à pneumocoque est évalué à 455'000 cas.[2]

                                                 

L'incidence des infections invasives à pneumocoque en 2016 :[3], [4]

  • Méningites : 4,9 pour 100'000 enfants de 0 à 23 mois en 2016 (0,9/100'000 tous âges confondus).

  • Bactériémies : 12,1 pour 100'000 enfants de 0 à 23 mois en 2016 (6,8/100'000 tous âges confondus).

  • Total des infections invasives : 17,0 pour 100'000 enfants de 0 à 23 mois en 2016 (7,6/100'000 tous âges confondus).

                                             

Dans le monde

La pneumonie à pneumocoque est l’une des premières causes de décès chez l’enfant dans les pays en développement. Dans les pays industrialisés, le pneumocoque constitue la première cause de méningite bactérienne chez l’enfant de moins de 1 an.[2]

Dans le monde, en moyenne, environ 75% des cas d'infections invasives à pneumocoque se produisent chez des enfants de <2 ans.[9]

L'Organisation mondiale de la santé estime que les infections à pneumocoque seraient responsables de 5% des décès chez les enfants de moins de 5 ans, soit environ 500'000 décès par an.[11]

L’apparition d’une résistance des pneumocoques aux antibiotiques d’usage courant pose problème dans certaines régions du monde. Toutefois, à la suite de la mise en place de la vaccination anti-pneumococcique à grande échelle, il est observé une réduction de la circulation des souches pharmaco-résistantes.[9]

                                                                                   

                                                            Haut de page

/// Couverture vaccinale

                                                          

En France

En France, en 2016, la couverture vaccinale pour 3 doses à 24 mois est de 91,8%.[8] 

             

Dans le monde

La couverture vaccinale mondiale est estimée à 44% pour 3 doses en 2017. Le vaccin était inclus dans le calendrier vaccinal de 134 pays en 2016.[1], [6]

                                                     

  => Voir l'efficacité du vaccin contre le pneumocoque

                                                           Haut de page

Sources

  1. gs_gloprofile.pdf [Internet]. [cité 22 juill 2017]. Disponible sur: http://www.who.int/immunization/monitoring_surveillance/data/gs_gloprofile.pdf

  2. GuideVaccinations2012_Vaccination_contre_les_infections_invasives_pneumocoque.pdf [Internet]. [cité 22 juill 2017]. Disponible sur: http://inpes.santepubliquefrance.fr/10000/themes/vaccination/guide-vaccination-2012/pdf/GuideVaccinations2012_Vaccination_contre_les_infections_invasives_pneumocoque.pdf

  3. Infections à pneumocoque / Maladies à prévention vaccinale / Maladies infectieuses / Dossiers thématiques / Accueil [Internet]. [cité 22 juill 2017]. Disponible sur: http://invs.santepubliquefrance.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Maladies-a-prevention-vaccinale/Infections-a-pneumocoque

  4. Infections invasives d’origine bactérienne - Réseau EPIBAC / Maladies à prévention vaccinale / Maladies infectieuses / Dossiers thématiques / Accueil [Internet]. [cité 22 juill 2017]. Disponible sur: http://invs.santepubliquefrance.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Maladies-a-prevention-vaccinale/Infections-invasives-d-origine-bacterienne-Reseau-EPIBAC

  5. méningites, pneumonies et septicémies à pneumocoque [Internet]. [cité 22 juill 2017]. Disponible sur: http://vaccination-info-service.fr/Les-maladies-et-leurs-vaccins/meningites-pneumonies-et-septicemies-a-pneumocoque

  6. OMS | Couverture vaccinale [Internet]. WHO. [cité 22 juill 2017]. Disponible sur: http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs378/fr/

  7. Pneumococcal Disease | Clinical | Index of Info | CDC [Internet]. [cité 22 juill 2017]. Disponible sur: https://www.cdc.gov/pneumococcal/clinicians/index.html

  8. Pneumocoque / Données / Couverture vaccinale / Maladies à prévention vaccinale / Maladies infectieuses / Dossiers thématiques / Accueil [Internet]. [cité 22 juill 2017]. Disponible sur: http://invs.santepubliquefrance.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Maladies-a-prevention-vaccinale/Couverture-vaccinale/Donnees/Pneumocoque

  9. wer8714.pdf [Internet]. [cité 22 juill 2017]. Disponible sur: http://www.who.int/wer/2012/wer8714.pdf

  10. INVS [Internet]. [cité 22 juill 2017]. Disponible sur: http://invs.santepubliquefrance.fr//publications/epibac/epibac.html#pne

  11. WHO | Estimated Hib and pneumococcal deaths for children under 5 years of age, 2008 [Internet]. WHO. [cité 22 juill 2017]. Disponible sur: http://www.who.int/immunization/monitoring_surveillance/burden/estimates/Pneumo_hib/en/

                                                   Haut de page