Infections Invasives à Haemophilus Influenzae de type B

                                                     

LE PATHOGÈNE
SYMPTÔMES ET GRAVITÉ
EPIDÉMIOLOGIE
COUVERTURE VACCINALE

                                                     

/// Le pathogène

                                            

    Haemophilus Influenzae est une coccobacille à Gram négatif. Il existe 6 principaux types d'Haemophilus Influenzae (classés en fonction de leur antigène, de A à F) ainsi que des souches non encapsulées non typables. Avant la vaccination, le sérogroupe le plus fréquent était Haemophilus Influenzae de type B responsable de plus de 90% des infections invasives. [3], [8] La bactérie est un germe commensal commun du rhino-pharynx de l'enfant. Le réservoir est strictement humain. L'infection est dans la plupart des cas asymptomatique et n'engendre aucune pathologie. Le temps d'incubation est estimé à quelques jours. La transmission est inter-humaine via des gouttelettes respiratoires (émises lors des épisodes de toux ou d'éternuement) à partir d'un sujet porteur sain ou symptomatique.[3]

La présentation clinique varie en fonction de la souche d'Haemophilus Influenzae :

  • Les souches encapsulées sont responsables d'infections invasives (dont les méningites)

  • Les souches non capsulées (non typables) sont responsables d'infections moins sévères (otites, conjonctivites, surinfections bronchiques) le plus souvent. Elles peuvent être plus rarement responsables d'infections invasives.

La capsule de Haemophilus influenzae de type b est un polyoside (le polyribosyl-ribitolphosphate ou PRP), utilisé comme composant antigénique, ce qui explique que le vaccin ne soit actif que sur les infections invasives à Haemophilus Influenzae de type B.[2]

                                              

                                         Haut de page

/// Symptômes et gravité

                                         

Les infections invasives dues à Haemophilus Influenzae sont :[2]

  • Les méningites purulentes : elles représentent 60% des infections invasives à Haemophilus Influenzae. Elles sont graves du fait de leurs conséquences : 10 à 15% des enfants ont des séquelles (surdité, cécité) ; et du fait de leur mortalité : 3% des enfants décèdent, parfois malgré une antibiothérapie précoce. [2], [8] Chez les sujets de > 65 ans, la mortalité est encore plus élevée que chez l'enfant.[3]

  • Les épiglottites : associant un syndrome infectieux avec une dyspnée aiguë grave pouvant évoluer vers un syndrome asphyxique puis vers le décès. [6]

  • Les bactériémies.

  • Les cellulites ; les arthrites et les ostéomyélites ; les pneumopathies (considérées comme une infection invasive quand elles sont associées à un épanchement pleural ou une bactériémie) ; les péricardites purulentes ; les ethmoïdites.

Le risque d'infection invasive est plus élevé dans certains groupes à risque : les nourrissons, les sujets âgés de > 65 ans et dans certaines pathologies (drépanocytose, asplénisme, infection par le VIH, déficit immunitaire humoral ou en complément, sujet recevant une chimiothérapie, etc.). [3]

                                             

                                                 Haut de page

/// Épidémiologie

                                         

En France

    Avant l’introduction de la vaccination en 1992, l'incidence annuelle des infections invasives était de 18 pour 100'000 chez les enfants de moins de 5 ans soit environ 700 cas par an (et de 11/100'000 pour les méningites soit environ 500 méningites par an).[6]  Les méningites sont les formes les plus fréquentes : environ 60 % des infections invasives à Haemophilus Influenzae. Les méningites s’observent dans 80 % des cas entre 3 et 18 mois (exceptionnelles avant 3 mois), avec un pic entre 6 et 12 mois. [2]   

Haemophilus

    Entre 1991 et 2009, l'incidence des infections invasives a été divisée par 2 et celle des méningites a été divisée par 10. [2]

    En 2016, l'incidence des infections invasives à Haemophilus Influenzae était de 1.5 pour 100'000 tous âges confondus et environ 3/100'00 chez les enfants de moins de 5 ans. Sur les 997 infections invasives enregistrées par le réseau de surveillance EPIBAC tous âges confondus (905 bactériémies et 92 méningites), 110 cas concernaient des enfants de moins de 5 ans et 531 cas chez des sujets de > 65 ans. [5]

                                     

                    

Dans le monde

Dans le monde, en 2008, 2% de la mortalité toutes causes confondues chez les enfants de moins de 5 ans était due à une infection par Haemophilus Influenzae de type B, représentant environ 200'000 décès d'enfants sur l'année 2008. [9]

Aux États-Unis, avant l’introduction de la vaccination l'incidence annuelle des infections invasives était de 20 à 60 pour 100 000 enfants de moins de 5 ans aux États-Unis.[2] Depuis 2009, la plupart des infections invasives proviennent d'Haemophilus Influenzae non typables avec une incidence annuelle de 1,7 cas pour 100'000 enfants de moins de 5 ans et 5,0 cas pour 100'000 sujets âgés de > 65 ans. [3]

 

                                       

                                          Haut de page

/// Couverture vaccinale

                                       

En France

La couverture vaccinale en 2016 à 24 mois était de 98.0% pour la primo-vaccination à 2 doses (passage de 3 à 2 doses pour la primo-vaccination depuis 2015) et de 95.1% pour la 3e dose de rappel après la primo-vaccination.[4]

                     

Dans le monde

La couverture vaccinale pour 3 doses était estimée à 72% en 2017.[1] Le vaccin anti-HiB était inclu dans le calendrier vaccinal de 191 pays en 2016.[7]

                                             

=> Voir l'efficacité du vaccin contre l'haemophilus influenzae b

 

                                             Haut de page

Sources

  1. gs_gloprofile.pdf [Internet]. [cité 22 juill 2017]. Disponible sur: http://www.who.int/immunization/monitoring_surveillance/data/gs_gloprofile.pdf

  2. GuideVaccinations2012_Vaccination_contre_les_infections_invasives_Haemophilus_influenzae_de_type_b.pdf [Internet]. [cité 22 juill 2017]. Disponible sur: http://inpes.santepubliquefrance.fr/10000/themes/vaccination/guide-vaccination-2012/pdf/GuideVaccinations2012_Vaccination_contre_les_infections_invasives_Haemophilus_influenzae_de_type_b.pdf

  3. Haemophilus influenzae | Hib | About the Disease | CDC [Internet]. [cité 22 juill 2017]. Disponible sur: https://www.cdc.gov/hi-disease/about/index.html

  4. Haemophilus influenzae b / Données / Couverture vaccinale / Maladies à prévention vaccinale / Maladies infectieuses / Dossiers thématiques / Accueil [Internet]. [cité 22 juill 2017]. Disponible sur: http://invs.santepubliquefrance.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Maladies-a-prevention-vaccinale/Couverture-vaccinale/Donnees/Haemophilus-influenzae-b

  5. Infections invasives d’origine bactérienne - Réseau EPIBAC / Maladies à prévention vaccinale / Maladies infectieuses / Dossiers thématiques / Accueil [Internet]. [cité 22 juill 2017]. Disponible sur: http://invs.santepubliquefrance.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Maladies-a-prevention-vaccinale/Infections-invasives-d-origine-bacterienne-Reseau-EPIBAC

  6. méningites à Haemophilus influenzae de type b [Internet]. [cité 22 juill 2017]. Disponible sur: http://vaccination-info-service.fr/Les-maladies-et-leurs-vaccins/meningites-a-Haemophilus-influenzae-de-type-b

  7. OMS | Couverture vaccinale [Internet]. WHO. [cité 22 juill 2017]. Disponible sur: http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs378/fr/

  8. OMS | Haemophilus influenzae de type B [Internet]. WHO. [cité 22 juill 2017]. Disponible sur: http://www.who.int/topics/haemophilus_influenzae/fr/

  9. WHO | Estimated Hib and pneumococcal deaths for children under 5 years of age, 2008 [Internet]. WHO. [cité 22 juill 2017]. Disponible sur: http://www.who.int/immunization/monitoring_surveillance/burden/estimates/Pneumo_hib/en/

                                             Haut de page